Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

A PERFECT FAMILY, un film réaliste sur la transition d’un père transgenre

Posté par Alexis Lebrun le 17 mars 2021
Le premier long-métrage de la réalisatrice danoise Malou Reymann (2020) étudie le bouleversement familial qui intervient lorsque le papa de deux filles fait le choix de devenir une femme. Partiellement autobiographique, A PERFECT FAMILY apporte aussi un regard réaliste et une certaine légèreté à un sujet trop souvent traité sous un angle dramatique au cinéma.
Famille en crise

Nous sommes au Danemark au tournant de l’an 2000. Une famille semble vivre heureuse avec un schéma tout ce qu’il y a de plus classique : deux beaux enfants, un chien, et une maison avec jardin. Mais voilà qu’un jour, le père (Thomas) annonce à ses proches sa décision : il veut devenir une femme. Son couple vole instantanément en éclat avec un divorce, et sa fille la plus jeune (Emma) rejette dans un premier temps la nouvelle identité de son père, qui s’appelle désormais Agnete. Cette dernière peut heureusement compter sur le soutien de l’aînée (Caroline), celle qui accepte le plus facilement cette révolution de leur cellule familiale.

Mais A PERFECT FAMILY adopte plutôt le point de vue d’Emma, ce qui lui permet de montrer l’évolution de sa relation avec son père. Adolescente, Emma est assez logiquement obsédée par le respect de la norme, et elle carbure d’abord au puissant moteur de la peur de la différence. L’amour filial (et réciproque) qu’elle conserve pour son père peut-il lui permettre d’accepter ce bouleversement de sa vision du monde ? Sans spoiler la fin, on dira que contrairement à beaucoup de films qui traitent la transidentité via des scénarios souvent difficiles et avec une fin malheureuse, A PERFECT FAMILY opte judicieusement pour une intrigue qui préfère ne pas s’alourdir avec trop d’emphase mélodramatique. Un choix qui doit beaucoup au passé de la réalisatrice.

Un scénario en partie autobiographique

Pour écrire son premier long-métrage, Malou Reymann a décidé de s’inspirer de son expérience personnelle, puisqu’elle a vécu lorsqu’elle était enfant la transition de son père, devenu une femme. C’est ce qui lui permet de faire un film nettement plus réaliste que la moyenne sur ce thème, et surtout d’injecter une dose d’humour à des personnages qu’elle aime et fait profondément aimer. A PERFECT FAMILY ne craint pas de faire rire avec certaines situations gênantes, mais il le fait toujours avec une grande bienveillance, malgré le sérieux voire la gravité des sujets abordés.

Après s’être fait connaître en tant qu’actrice en 2009 dans HUSH LITTLE BABY de Hella Joof (disponible sous le titre FERME TES YEUX en France sur Netflix), Malou Reymann s’est tournée vers la réalisation, et elle a su s’entourer d’un casting de grande qualité pour ce premier film. Mikkel Boe Følsgaard est irréprochable du début à la fin du film, dans un rôle difficile qu’il fait évoluer avec beaucoup de nuance. Les fans de séries scandinaves le connaissent déjà, puisqu’il a joué plusieurs années dans LES HÉRITIERS (Arte) puis dans la fiction post-apocalyptique THE RAIN (Netflix). Mais la révélation du film de Malou Reymann est la jeune actrice danoise Kaya Toft Loholt (qui interprète Emma), tellement à l’aise qu’elle semble faire ce métier depuis des décennies.

La transidentité, un sujet de plus en plus (et de mieux en mieux) abordé au cinéma

Il y a encore pas si longtemps, les films qui mettaient en scène des personnages principaux transgenres étaient bien peu nombreux à sortir et à pouvoir frapper les esprits, sans parler de faire évoluer les mentalités. Mais depuis quelques années, le cinéma se saisit pleinement du sujet de la transidentité, et n’hésite pas à proposer des films ambitieux dotés de personnages trans bien écrits et marquants, parfois incarnés par des acteurs de renom. On se souvient notamment qu’en 2013, la performance de Jared Leto en séropositive transgenre dans le fantastique DALLAS BUYERS CLUB de Jean-Marc Vallée avait été presque aussi acclamée que celle de l’acteur principal, joué par Matthew McConaughey. Un an plus tôt, le cinéaste Xavier Dolan avait livré avec LAURENCE ANYWAYS (2012) l’un de ses plus beaux films, porté par la prestation étincelante de l’acteur français Melvil Poupaud, dont le personnage annonçait à sa compagne sa transition pour devenir une femme.

Autre projet francophone, LOLA VERS LA MER (Laurent Micheli, 2019) a fait beaucoup de bien en confiant le rôle principal d’une femme transgenre à l’actrice belge Mya Bollaers, elle aussi transgenre, et qui s’est révélée avec ce tout premier rôle au cinéma. On n’oublie pas non plus qu’en 2018, le film chilien UNE FEMME FANTASTIQUE (Sebastián Lelio, 2017) a remporté une pluie méritée de récompenses dont l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, en racontant l’histoire d’une serveuse transgenre superbement incarnée par l’actrice trans Daniela Vega, devenue grâce à ce rôle une icône mondiale. Et pourquoi ne pas boucler la boucle avec DANISH GIRL (Tom Hooper) un autre projet danois qui a fait sensation en 2015 en mettant formidablement en scène l’acteur Eddie Redmayne dans la peau d’un personnage historique, l’artiste trans Lili Elbe, l’une des premières à avoir utilisé la chirurgie pour faire sa transition il y a près d’un siècle ? Quelques années plus tard, A PERFECT FAMILY vient en tout cas apporter la confirmation qu'on peut toujours compter sur le cinéma danois pour s'intéresser à ce thème ô combien important et d'actualité.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram