All Inclusive, de drôles de vacances signées Fabien Onteniente

Posté par Rosario Ligammari le 18 Décembre 2019
Avec Camping, Fabien Onteniente a montré qu'il maîtrisait les « comédies de vacances ». All Inclusive n'est pas la suite de sa saga à succès, mais le réalisateur retrouve ici le soleil et Franck Dubosc, en plus de faire jouer les deux anciens « bronzés » Josiane Balasko et Thierry Lhermitte. De quoi prendre un bon bol d'air comique.
Des vacances et des potes

Aussi grands et étendus soient les lieux de tournage, les « films de vacances » ressemblent à des huis clos, si l'on imagine celles-ci comme une bulle, une parenthèse pour respirer un coup avant d'avoir à nouveau la tête sous l'eau. A moins d'être un rêveur solitaire comme Monsieur Hulot (Les Vacances de Monsieur Hulot, Jacques Tati, 1953) ou Mr Bean (Les Vacances de Mr Bean, Steve Bendelack, 2007), les films de vacances mettent souvent en scène une bande de copains.

Alors forcément, dans le genre, on n'échappe pas aux trois volets des Bronzés, Les Bronzés (1978) Les Bronzés font du ski (1979) et Les Bronzés 3 (2006), des films considérés autant comme des comédies signées Patrice Leconte que la troupe du Splendid. Le ciel les oiseaux et... ta mère ! (Djamel Bensalah, 1999) serait la version banlieusarde avec des potes de Seine Saint-Denis qui découvrent Biarritz. Plus récemment, réalisés par Guillaume Canet, Les Petits Mouchoirs (2010) et Nous finirons ensemble (2019), tournés en grande partie au Cap Ferret, restent des comédies de bande de potes, mais avec une tonalité plus mélancolique.

Faire un break

Parfois on craque en vacances : le stress contenu durant l'année explose sous forme de colère. Les Randonneurs (Philippe Harel, 1997) – là encore un long-métrage de bande de copains – commence dans la joie et se termine dans la mauvaise humeur : la dimension plus dramatique gagne du terrain à mesure que le film avance et ses personnages avec.

Les vacances incarnent ce besoin de se régénérer, de changer d'air et à l'occasion, pourquoi pas, de faire une Thérapie de couples (Peter Billingsley, 2010). C'est aussi la possibilité de se remettre d'une rupture avec un beau soleil pour calmer la dépression comme dans Larguées (Eloïse Lang, 2018).

Au cinéma, le spring break – la fameuse fête américaine où tout le monde se relâche – commence ensoleillé et festif pour basculer vers le cauchemar comme dans le film trompe-l’œil Spring Breakers (Harmony Korine, 2013), ou même, avant lui, Piranhas 3D (Alexandre Aja, 2010) avec ses petits bestioles marines carnassières qui viennent gâcher la fête des vacanciers en les dévorant.

All inclusive

Non pas que les vacances sans problèmes ne soient pas de bonnes vacances, mais disons que cela ne donnerait pas de films drôles. Dans All Inclusive (2019), Bruno (François-Xavier Demaison) se retrouve planté par sa copine à l'aéroport ; il se retrouve seul en vacances, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'elles ne seront pas de tout repos.

Fabien Onteniente connaît non seulement les comédies de bandes de potes puisqu'il est le réalisateur de Jet Set (2000) ou Turf (2013) – avec à chaque fois une belle brochette d'acteurs comiques – mais c'est est aussi un spécialiste du film de vacances si l'on prend en compte les trois Camping (2006, 2010, 2016) qui compte à ce jour parmi ses grands succès.

Pour All Inclusive, le réalisateur met en scène Franck Dubosc – en plus des trois Camping, ils ont travaillé ensemble sur Disco (2008) – et cette fois-ci sous le soleil des Caraïbes, avec en plus au casting deux anciens bronzés : Josiane Balasko et Thierry Lhermitte. Onteniente est comme un poisson dans l'eau. Et le film de faire décompresser un bon coup ; à l'image finalement de ce que se doivent d'être des (bonnes) vacances.

All Inclusive, disponible dès le 20/12 sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez Canalplus Cinema sur :

Facebook

Twitter

Instagram