Aquaman, une nouvelle vague d'humour chez DC Comics

Posté par Rosario Ligammari le 10 Octobre 2019
Les super-héros issus de DC Comics sont généralement assez sombres et premier degré. Cela laisse donc très peu de place à la légèreté et au rire. Depuis quelques temps, l'entreprise rivale de Marvel introduit de l'humour dans ses films, comme dans Aquaman.
DC versus Marvel

Même si beaucoup d'auteurs ont travaillé à la fois pour DC Comics (abréviation de « Detective Comics ») et Marvel, les deux entreprises restent historiquement rivales. Si les super-héros constituent évidemment leur dénominateur commun, les univers quant à eux se distinguent sans peine.

DC s'est longtemps caractérisé par un univers sérieux et sombre, là où Marvel a injecté du second degré bien sûr soluble dans l'action lorsqu'il s'agit de rythmer un film. Qui dit DC dit encore héros qui se terminent avec le suffixe -man - Batman, Superman, Wonder Woman, Aquaman – alors qu'on parle de figures héroïques moins proches du commun des mortels que du surhomme. Chez Marvel, les héros sont quant à eux plus « humains » : Wolverine, les Avengers ou encore Spider-Man – comme quoi DC n'a pas le monopole des films en « man ».

Noirceur versus légèreté

Il faut rappeler que les deux maisons d'édition sont apparues presque en même temps : DC Comics est né en 1937 et Marvel (à l'origine Timeley Comics) en 1939. Le penchant pour la noirceur caractéristique de DC remonte aux années 80, quand Alan MooreDave Gibbons et John Higgins – les créateurs de Watchmen (1986-1987) – ont fait « grandir » la figure du super-héros puisque celle-ci était assimilée dans les années 60-70 aux enfants.

On peut constater que ces dernières années Marvel a poussé d'un cran la dimension humoristique de ses longs-métrages ; en atteste le summum Kick-Ass (Matthew Vaughn, 2010), dont le slogan de l'affiche française résumait parfaitement le concept du film « Pas de pouvoir ? Pas de problème ! ». Sans oublier Deadpool (Tim Miller, 2016 ; David Letich, 2018) qui repose autant sur l'action que sur l'humour potache et l'ironie. Cela dit, depuis quelques temps, les choses ont changé : la ligne de démarcation entre DC et Marvel s'avère beaucoup plus ténue.

Aquaman, un tournant pour DC

Aujourd'hui DC ne se prive pas d'humour, loin de là ; le pop corn d'un coup est beaucoup moins sombre. Avec Suicide Squad (David Ayer, 2016), ses super-vilains déjantés et ses punchlines à gogo, l'entreprise a changé son fusil d'épaule. Aquaman (James Wan, 2018) est le prolongement de cette vague des films comics comiques. Pour preuve, le film fait preuve de beaucoup d'humour (noir, on ne se refait pas), c'était en tout cas l'objectif de James Wan – réalisateur qui vient par ailleurs du cinéma d'horreur (de Saw en 2005 à Conjuring en 2013). Aquaman est une sorte d'anti-héros pour le moins je-m'en-foutiste. Les blagues potaches ne manquent pas à l'appel : à un moment, le héros parle même d'uriner pour ouvrir un artefact magique.

Sorti cette année, Shazam (David S. Sandberg) met en scène un super-héros malgré lui : le film ressemble à un mélange de teen movie et d'univers Amblin, le tout gorgé de références pop culture, et en particulier... de films DC. Résultat : Shazam se voit comme un grand divertissement, un cocktail bien dosé d'action et d'humour. Dans la lignée d'Aquaman. 

Aquaman, disponible dès le 21 octobre sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez Canalplus Cinema sur :

Facebook

Twitter

Instagram