Avec DREAM HORSE, Toni Collette a misé sur le bon cheval

Posté par Alexis Lebrun le 9 février 2022
Alors qu’elle fête cette année ses trente ans de carrière, l’actrice australienne continue de briller dans des registres extrêmement variés. Elle le prouve encore avec DREAM HORSE (Euros Lyn, 2021), un feel-good movie familial comme les Britanniques savent si bien les faire.
Revanche sociale

Jan Vokes (Toni Colette) a la quarantaine morose. Coincée au Pays de Galles en compagnie de son mari épousé très jeune, elle doit cumuler deux jobs pour joindre les deux bouts. Caissière le jour et serveuse le soir, elle ressent un besoin impérieux de donner un coup de fouet à sa vie. Cette dernière va plutôt mettre sur son chemin des cravaches, puisque Jan a l’opportunité de faire l’acquisition d’un cheval de course. Problème, ce projet n’est évidemment pas à la portée de quelqu’un évoluant dans un milieu très modeste. Heureusement, l’héroïne de DREAM HORSE a de la ressource : elle fonde un syndicat ouvrier avec des proches du coin pour se cotiser et transformer cette idée en grande aventure collective. Voilà donc que ces pieds nickelés des courses hippiques se lancent à la conquête des hippodromes avec une dose d’enthousiasme et d’authenticité qui rattrape largement leur inexpérience.

Et tout cela est basé sur une histoire vraie fameuse au Pays de Galles, déjà racontée dans un documentaire primé à Sundance, DARK HORSE: THE INCREDIBLE TRUE STORY OF DREAM ALLIANCE (Louise Osmond, 2015). Même si l’on devine assez aisément la fin du film, on se laisse porter par l’énergie contagieuse de Toni Collette – encore une fois remarquable – et du reste du casting, qui rend un bel hommage à une région sinistrée par la crise de l’industrie du charbon. Jamais lourdingue, le film du réalisateur gallois Euros Lyn brosse au contraire un portrait sensible de ces classes populaires qui mettent le pied dans la porte d’un milieu qui leur est normalement interdit par les conventions sociales. L’énergie positive du film repose également sur la musique utilisée, qui fait la part belle à quelques grands groupes gallois comme les Manic Street Preachers ou Super Furry Animals, mais aussi à une bande-originale orchestrale enveloppante qui accompagne des scènes de courses hippiques spectaculaires, tout en mettant en valeur les paysages très verts du Pays de Galles.

Equithérapie et feel-good movie

Toute la dimension sociale du film l’inscrit immédiatement dans la grande tradition britannique des comédies feel-good où un groupe généralement ouvrier se lance dans un défi collectif improbable pour surmonter la crise du chômage et retrouver une fierté perdue dans les relations sociales. On pense bien sûr toujours à la référence indépassable du genre, les métallos de THE FULL MONTY (Peter Cattaneo, 1997), mais DREAM HORSE évoque aussi LES VIRTUOSES (Mark Herman, 1996) et ses miniers. Dernièrement, le cinéma britannique revient d’ailleurs de plus en plus au registre du feel-good movie basé sur des histoires vraies, puisqu’après le retour de Peter Cattaneo pour mettre en scène des femmes de militaires choristes dans THE SINGING CLUB (2020), le récent FISHERMAN’S FRIENDS (Chris Foggin, 2019) a exploité avec succès le même filon en racontant l’histoire de célèbres marins chanteurs anglais.

Mais il existe aussi une catégorie bien particulière de feel-good movies où les animaux viennent à la rescousse d’existence mal embarquées. Pour rester dans le champ équestre, on peut en citer deux auxquels DREAM HORSE fait immanquablement penser : PUR SANG, LA LEGENDE DE SEABISCUIT (Gary Ross, 2003), dans lequel un cheval a priori banal devient un champion pendant la Grande Dépression, et le très récent LA VICTOIRE À TOUT PRIX (2020) de l’Australienne Rachel Griffiths, qui raconte l’histoire vraie de Michelle Payne, la petite dernière d’une fratrie de dix enfants, rêvant à tout prix de devenir la première femme à remporter la célèbre course hippique Melbourne Cup. Comme DREAM HORSE, tous ces films se distinguent en délivrant un message d’espoir et d’optimisme capable de nous faire oublier la sinistrose ambiante, un ingrédient indispensable à tout feel-good movie réussi, et auquel il est impossible de résister quand des animaux sont impliqués.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram