Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Avec Ni Une ni Deux, Mathilde Seigner reste la forte tête du cinéma français

Posté par Rosario Ligammari le 30 janvier 2020
A la vie comme sur l'écran, Mathilde Seigner est une femme au caractère bien trempé. Dans Ni Une ni Deux, il n'y a pas une mais carrément deux Mathilde Seigner à l'écran puisque l'actrice y incarne Laurette et sa jumelle Julie.
Une actrice qui a de la poigne

On connaît Mathilde Seigner pour son franc-parler dans les médias (magazines, plateaux télé, cérémonies des César...) mais aussi bien sûr pour certains de ses rôles au caractère bien trempé ; l'actrice va même jusqu'à qualifier la plupart de ses personnages d'odieux.

Aujourd'hui figure de la comédie populaire, elle s'est avant cela fait une belle place dans le cinéma d'auteur en tournant avec Claude Miller pour Le Sourire (1994), en compagnie de sa sœur Emmanuelle Seigner ; puis dans Rosine (Christine Carrière, 1995), le long-métrage qui l'a décidée une bonne fois pour toute à exercer la profession d'actrice. On l'a vue encore dans Venus Beauté (Institut) réalisé par Tonie Marshall (sorti en 1999), film qui, au passage, a fait de la cinéaste la seule femme à avoir remporté le César dans la catégorie Meilleur.e réalisateur.trice.

Des partenaires de caractère et des comédies populaires

Mathilde Seigner a tourné avec des actrices elles-mêmes imposantes, comme Sandrine Kiberlain et Nicole Garcia dans Betty Fisher et autres histoires (Claude Miller encore, en 2001), Valérie Lemercier dans Palais Royal ! (Valérie Lermercier 2005) ou encore Catherine Deneuve dans Belle-Maman (Gabriel Aghion, 1999), qui rend fou amoureux son époux incarné par Vincent Lindon.

Impossible encore de ne pas citer des comédies populaires comme le deux Camping (Fabien Onteniente, sortis respectivement en 2006 et 2010) ou Boule et Bill 2 (Pascal Bourdiaux, 2018), dans lesquelles l'actrice partage l'affiche avec un certain Frank Dubosc, acteur qui, on le sait, occupe aussi bien l'écran. Enfin, pour ce qui est de donner la réplique à une autre personnalité à fort caractère, citons bien sûr Joey Starr, dans Max (Stéphanie Murat, 2012).

Deux Mathilde Seigner

Enfin, pour l'anecdote amusante, la toute première apparition à l'écran (en 1989) de Mathilde Seigner remonte à la sitcom d'AB Production Salut les Musclés (crée par Jean-François Porry la même année) ; exactement comme Guillaume Canet qui, lui, a fait ses premiers pas dans Premiers Baisers (Jean-François Porry et Bénédicte Laplace, de 1991 à 1995).

Trente ans plus tard, Ni Une ni Deux (Anne Giafferi, 2018) repose énormément sur Mathilde Seigner. En plus d'avoir le rôle principal, elle a... le second rôle. A l'instar de Marion Cotillard qui interprétait Marie et Lucie et dans Les Jolies Choses (Gilles Paquet-Brenner, 2001), Mathilde Seigner joue Julie et Laurette, deux sœurs jumelles qui ne se ressemblent pas. La réalisatrice a choisi Mathilde Seigner pour ses deux facettes bien marquées : le côté actrice connue du grand public et le côté justement populaire, au sens « grande gueule ».
Il n'y a pas à dire : il n'y en a pas deux comme Mathilde Seigner.

Ni Une ni Deux, disponible dès le 29/01 sur CANAL+