Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Bilan : en 2020, le cinéma a fait sans l’aide des super-héros

Posté par Alexis Lebrun le 23 décembre 2020
L’épidémie de Covid-19 a entraîné le report de la plupart des grosses productions hollywoodiennes prévues cette année, mais cette absence de blockbusters n’a pas empêché le cinéma étranger de briller en 2020, bien au contraire. Alors que les salles du monde entier espèrent pouvoir programmer bientôt des films très attendus par le public, il est temps de revenir sur cette année pas comme les autres pour le cinéma international, et de se projeter déjà sur les perspectives réjouissantes qu’il offre pour 2021.
Ils ont rempli les salles

Il était attendu comme le « sauveur des salles de cinéma » cet été, mais ce costume était un peu grand pour lui. Avec son casting hollywoodien (John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Kenneth Branagh) et son concept original d’inversion du temps, TENET (Christopher Nolan) finit certes l’année 2020 en tête du box-office France avec plus de deux millions d’entrées, mais ce score est inférieur à ceux réalisés par les cinq productions précédentes du réalisateur. TENET est talonné par un film de guerre sorti en début d’année avant l’épidémie, et à l'époque programmé pour tout rafler aux Oscars 2020 : 1917 (Sam Mendes), qui a quand même révélé l’acteur britannique George MacKay. Le podium est complété par la dernière sortie à dépasser les deux millions d’entrées cette année : l’adaptation du jeu vidéo de Sega, SONIC, LE FILM (Jeff Fowler).

Juste derrière, le film d’action BAD BOYS FOR LIFE (Adil El Arbi et Bilall Fallah) avec Will Smith et Martin Lawrence s’est défendu aussi, bien aidé par sa sortie avant le confinement, ce qui est valable aussi pour SONIC, le FILM, LE VOYAGE DU DR DOLITTLE (Stephen Gaghan), ou encore l’adaptation du roman de Jack London avec Omar Sy et Harrison Ford, L’APPEL DE LA FORÊT (Chris Sanders). En dehors de TENET, un seul blockbuster américain s’est risqué à sortir en France après le mois de mars : le film catastrophe GREENLAND (Ric Roman Waugh), avec Gerard Butler et Morena Baccarin. À noter : pour la première fois depuis 2009, aucun nouveau film de super-héros Marvel Studios n’est parvenu jusqu’à nos écrans, puisque les trois sorties prévues cette année dans le MCU ont été reportées à l’année prochaine. DC Films était donc bien seul dans cette catégorie en 2020, avec son adaptation des comics sur Harley Quinn (jouée par Margot Robbie), BIRDS OF PREY (Cathy Yan), qui a réuni un peu plus d’un million de spectateurs.

Ils ont convaincu la critique et sont attendus aux Golden Globes et aux Oscars

Avec le report de dizaines de sorties à l’année 2021 en raison de la fermeture prolongée des cinémas aux Etats-Unis notamment, les cérémonies de récompenses vont aussi être profondément bouleversées. De nombreux films prévus l’origine pour les salles sont finalement sortis directement en VOD ou sur des plateformes de SVOD, ce qui ne les empêche pas de concourir pour les Oscars par exemple. C’est le cas du premier film en tant que réalisatrice de l’actrice oscarisée Regina King : ONE NIGHT IN MIAMI (2021), qui fait partie des favoris pour les nominations et qui a enchanté la critique en racontant la nuit de février 1964 où les quatre légendes Malcolm X (Kingsley Ben-Adir), Jim Brown (Aldis Hodge), Sam Cooke (Leslie Odom Jr.) et Mohamed Ali (Eli Goree) étaient réunies dans une chambre d’hôtel après la victoire d’Ali contre Sonny Liston.

Mais la plateforme qui pourrait profiter de la situation pour faire une razzia, c’est évidemment Netflix, qui possède dans son escarcelle une liste impressionnante de prétendants aux récompenses : DA 5 BLOODS (Spike Lee), sur la guerre du Vietnam, MANK (David Fincher), film en noir et blanc sur le scénariste Herman J. Mankiewicz, LES SEPT DE CHICAGO (Aaron Sorkin), qui aborde le procès des « Chicago Seven » dans les années 1960, LE BLUES DE MA RAINEY (George C. Wolfe), où Viola Davis incarne la « Mother of the Blues » Ma Rainey, MINUIT DANS L'UNIVERS (George Clooney), film de science-fiction post-apocalyptique, THE PROM (Ryan Murphy), comédie musicale avec Meryl Streep et Nicole Kidman, PIECES OF A WOMAN (Kornél Mundruczó), dans lequel l’actrice montante Vanessa Kirby fait sensation, ou encore NEWS OF THE WORLD (Paul Greengrass), western avec Tom Hanks. Forcément, cette liste ébouriffante laisse peu de place à la concurrence, mais Pixar possède une solide cartouche avec SOUL (Pete Docter), son dernier film d’animation qui sort le 25 décembre sur Disney+. Et un consensus semble se dégager nettement en faveur d’un favori : NOMADLAND (Chloé Zhao), dont la sortie est prévue le 24 février en France, et qui a déjà remporté le Lion d’or à la Mostra de Venise, grâce à son histoire de femme sexagénaire qui se lance dans un voyage solitaire au cœur de l’Ouest des Etats-Unis, après avoir tout perdu en raison de la crise économique de 2008. Un film bouleversant avec la très grande Frances McDormand, déjà détentrice de deux Oscars de la meilleure actrice.

Ils sont attendus en 2021

Avec tous les reports décidés cette année, un véritable embouteillage de blockbusters s’annonce pendant les douze mois de 2021, et encore, on ne cite ici que les plus importants. Le premier prévu est celui qui était attendu comme le messie pour la réouverture avortée des cinémas le 15 décembre chez nous : WONDER WOMAN 1984 (Patty Jenkins). En dehors de la super-héroïne de DC Films incarnée par Gal Gadot, il faudra maintenant patienter jusqu’au 31 mars 2021 pour retrouver une dernière fois Daniel Craig dans la peau de James Bond, avec MOURIR PEUT ATTENDRE (Cary Joji Fukunaga). Concernant le retour des films Marvel Studios, le premier (et dernier ?) long-métrage consacré au personnage joué par Scarlett Johansson, BLACK WIDOW (Cate Shortland), devrait ouvrir le bal le 5 mai 2021, avant SHANG-CHI AND THE LEGEND OF THE TEN RINGS (Destin Daniel Cretton) le 7 juillet 2021 et ETERNALS (Chloé Zhao) le 3 novembre 2021, auxquels il faudra même ajouter le rejeton de Sony, SPIDER-MAN 3 (Jon Watts), prévu pour le 15 décembre 2021, et dont le titre est encore provisoire.

DC Films ne sera pas en reste, puisque le très scruté THE SUICIDE SQUAD (James Gunn) doit donner un nouveau souffle aux films de l’univers DC, avec une sortie prévue le 4 août 2021. Mais en matière de science-fiction, difficile de faire plus attendu que la nouvelle adaptation du célèbre roman de Frank Herbert, DUNE (Denis Villeneuve), prévu pour le 29 septembre 2021, avec un casting de dingue pour succéder à la version de David Lynch : Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac, Josh Brolin, Zendaya et Jason Momoa. On peut en dire autant de MATRIX 4 (Lana Wachowski), qui doit sortir le 22 décembre 2021, et qui a la lourde tâche de relancer une franchise culte arrêtée il y a 17 ans. Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss et Jada Pinkett Smith y font leur retour, rejoints par Jessica Henwick, Neil Patrick Harris et Yahya Abdul-Mateen II.

Ils nous ont quittés en 2020

Cette année a enfin vu la disparition de deux légendes de l’âge d’or du cinéma hollywoodien : Kirk Douglas (103 ans) et Olivia de Havilland (104 ans). Le premier a une filmographie longue comme le bras et a tourné avec les plus grands, mais on peut citer ses deux rôles très marquants chez Stanley Kubrick, dans LES SENTIERS DE LA GLOIRE (1957) et SPARTACUS (1960). Quant à Olivia de Havilland, elle restera notamment célèbre pour son rôle de Melanie dans le classique absolu, AUTANT EN EMPORTE LE VENT (Victor Fleming, 1939). La liste des monstres sacrés ne s’arrête pas là, puisque le cinéma a perdu cette année l’un des plus grands compositeurs de musiques de films de tous les temps : l’italien Ennio Morricone (91 ans), célèbre pour ses centaines de bandes originales, en particulier pour les westerns culte de la « Trilogie du dollar » de Sergio Leone. Du côté des réalisateurs disparus, il faut mentionner le britannique Alan Parker (76 ans), connu notamment pour MIDNIGHT EXPRESS (1978), MISSISSIPI BURNING (1988) et THE WALL (1982), le film sur l’album du groupe Pink Floyd.

Comme Alan Parker, le cinéaste américain Joel Schumacher (80 ans) a réalisé quelques films controversés, à l’image de CHUTE LIBRE (1993) ou de ses deux adaptations très critiquées des super-héros Batman et Robin dans les années 1990. Beaucoup plus consensuel, l’écossais Sean Connery (90 ans) restera pour toujours le premier acteur à avoir incarné James Bond au cinéma, et ce dans pas moins de sept films. Les fans de la licence STAR WARS ont eux été deux fois en deuil, puisqu’on a aussi appris la mort cette année de Jeremy Bulloch (75 ans) et David Prowse (85 ans), qui incarnaient respectivement Boba Fett et Dark Vador dans les films de la première trilogie. Autre licence, autre décès d’un acteur important, avec Ian Holm (88 ans), l’interprète de Bilbon Sacquet dans les deux trilogies de Peter Jackson : LE SEIGNEUR DES ANNEAUX et LE HOBBIT. Enfin, le décès tragique de Chadwick Boseman (43 ans) n’a pas ému que les fans du Black Panther dans les productions de Marvel Studios, puisque l’acteur américain a continué d’étaler toute sa classe et son talent sur le tournage de plusieurs films alors qu’il était gravement atteint par un cancer. LE BLUES DE MA RAINEY en est le meilleur et dernier exemple. On espère en tout cas que l’année 2021 sera moins riches en tristes nouvelles, et surtout que tous les films annoncés sortiront cette fois bien aux dates prévues, car on a hâte de retrouver les salles de cinéma.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram