Chris Hemsworth, toujours aussi second degré dans Sale temps à l'hôtel El Royale

Posté par Rosario Ligammari le 18 Octobre 2019
Chris Hemsworth est le genre d'acteur qu'on peut qualifier de « fun ». De Thor à Men In Black : International en passant par S.O.S Fantômes, il a prouvé son aisance à jouer des personnages certes héroïques mais décontractés, à son image. Avec Sale temps à l'hôtel El Royale, il retrouve Drew Goddard six ans après La Cabane dans les bois, pour un film choral dans l'esprit des frères Coen.
Un Thor sympathique

Chris Hemsworth vient d'Australie mais il a ce qu'on pourrait appeler un visage et un physique de « star hollywoodienne » : beau gosse, yeux clairs, carrure imposante. Les studios américains ne s'y sont pas trompés. Après avoir démarré sur petit écran (dans des séries tels que Summer Bay crée par Alan Bateman), son premier rôle au cinéma est celui du père du Capitaine Kirk dans Star Trek (JJ Abrams, 2009). Il y a pire baptême. A peine le temps d'interpréter un second rôle dans Escapade Fatale (David Twohy, 2009) puis de jouer aux côtés de Sean Bean dans Ca$h (Stephen Milburn Anderson, 2010) que l'acteur débarque au devant de la scène – et de l'affiche – en tant que Thor dans le film d'aventure éponyme (Thor de Kenneth Branagh, 2011). Un Thor éminemment sympathique.

Un acteur qui ne se prend pas au sérieux

Avec le rôle de Thor, Chris Hemsworth devient vite l'un des visages estampillés Marvel. On le voit aussi dans la saga Avengers (Avengers en 2012 et Avengers : L'Ere d'Ultron en 2015 réalisés par Joss Whedon ; Avengers : Infinity War en 2018 ; Avengers Endgame en 2019 réalisés par les frères Russo) en tant que... Thor.

S'il incarne un pirate informatique dans le sombre polar Hacker (Michael Mann, 2015), Chris Hemsworth n'est en tout cas pas du genre à se prendre au sérieux. En plus des Marvel – entreprise connue pour ses films de super-héros qui ne négligent pas le second degré –, l'acteur a joué dans La Cabane dans les bois (Drew Goddard, 2012), film hybride à mi-chemin entre le film d'horreur et une parodie du genre (pour être exact, il s'agit d'une satire de slasher). On le voit encore dans S.O.S Fantômes (Paul Feig, 2016), film fantastique connu pour son sens de la dérision, comme Men In Black (Barry Sonnenfeld, 1997) ; il s'agit bien sûr davantage d'une comédie que d'un film angoissant sur paranormal. 

Sale temps à l'hôtel El Royal, un film idéal pour Chris Hemsworth

On vient d'évoquer Men In Black ? Dans la nouvelle version de la franchise sortie cette année (Men In Black : International, F. Gary Gray), Chris Hemsworth y interprète Henry, un agent très relax. Enfin, on a pu le constater : le dernier Thor (Thor : Ragnarok, Taika Waititi, 2017), en plus de son action explosive, ne lésinait pas sur l'humour. Moins à l'aise dans les rôles graves, Chris Hemsworth a de toute façon annoncé vouloir se consacrer en priorité à la comédie, s'amuser avant tout.

Sale temps à l'hôtel El Royal lui sied à merveille. Drew Goddard, qui passe de la petite cabane dans les bois à un grand hôtel, a réalisé un film au ton insolite assez proche des frères Coen et que ne renierait pas Quentin Tarantino (dialogues ciselés, violence grand-guignolesque...). Un polar choral en huis clos dans lequel Chris Hemsworth, qui a dû perdre pour l'occasion treize kilos, a l'air d'être comme un poisson dans l'eau en gourou moustachu. L'acteur a dû bien s'y amuser.

Sale temps à l'hôtel El Royale, disponible dès le 26 octobre sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez Canalplus Cinema sur :

Facebook

Twitter

Instagram