Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

ESCAPE FROM PRETORIA : Daniel Radcliffe rejoue PRISON BREAK sous l’apartheid

Posté par Alexis Lebrun le 13 avril 2021
On a du mal à le croire et pourtant : ce thriller haletant raconte une histoire qui a bien eu lieu dans la réalité. Dans ESCAPE FROM PRETORIA, l’acteur britannique incarne en effet un activiste anti-apartheid qui se retrouve emprisonné, mais qui met au point un plan d’évasion rocambolesque pour donner une leçon au régime ségrégationniste alors en place en Afrique du Sud.
La grande évasion

Sorti l’an dernier, le film de Francis Annan prend place à la toute fin des années 1970 en Afrique du Sud. L’apartheid est en vigueur dans le pays depuis plusieurs décennies, mais de plus en plus de voix se font entendre dans le pays et dans le monde pour condamner et combattre cette ségrégation raciale qui discrimine ouvertement les populations noires en raison de leur couleur de peau. De son côté, ESCAPE FROM PRETORIA se concentre sur le destin de deux jeunes blancs sud-africains qui décident de participer à des actions de résistance pour mettre fin à l’apartheid. C’est l’objet de la première scène du film, dans laquelle on voit Tim (Daniel Radcliffe) et Stephen (Daniel) mener une action de communication pacifique, mais gravement punie par le pouvoir. Ils sont tous les deux arrêtés et condamnés respectivement à des peines de douze et huit ans d'incarcération à la prison de haute sécurité de Pretoria, où les prisonniers politiques blancs sont tous rassemblés dans la même aile.

Mais pas question pour eux de passer autant d’années derrière les barreaux, où le régime tente de briser les dissidents : ils décident de s’évader alors que personne n’a jamais réussi à fuir cette prison. Tim échafaude alors un plan d’évasion incroyable et presque digne de la série PRISON BREAK, à deux différences près : tout est improvisé, et plus important encore : il ne s’agit pas d’une fiction ! Le film est en effet l’adaptation d’une autobiographie publiée en 2003 par l’activiste anti-apartheid Tim Jenkin : INSIDE OUT: ESCAPE FROM PRETORIA PRISON. Forcément, on devine bien comment la tentative d’évasion se termine, mais ESCAPE FROM PRETORIA réussit à nous faire transpirer comme à la grande époque des aventures de Michael Scofield, et la tension ne redescend jamais vraiment pendant toute la durée du film (1h45).

Daniel Radcliffe, la vie après Harry Potter

La tête d’affiche du film est évidemment l’acteur connu dans le monde entier pour avoir incarné l’apprenti-sorcier Harry Potter dans pas moins de huit adaptations des best-sellers de J.K. Rowling. Depuis la fin de cette saga cinématographique en 2011, l’acteur britannique tente tant bien que mal de se détacher du personnage très lisse qui l’a fait connaître, même s’il restera comme beaucoup d’autres éternellement associé à un rôle. Dès 2012, Radcliffe a ainsi bien contribué au succès important du film d’horreur LA DAME EN NOIR (James Watkins), avant de changer radicalement de style en donnant la réplique à Zoe Kazan dans la comédie romantique ET (BEAUCOUP) PLUS SI AFFINITES (Michael Dowse, 2013), pas mal dans le genre « deux potes irrésistiblement attirés l’un envers l’autre », et où la tension est presque aussi palpable que dans ESCAPE FROM PRETORIA, mais dans un autre registre… Plus sérieusement, Radcliffe s’essaye aussi au biopic la même année, avec le trop méconnu KILL YOUR DARLINGS (John Krokidas), dans lequel il incarne le poète Allen Ginsberg aux côtés d’un casting costaud (Michael C. Hall, Ben Foster, Elizabeth Olsen, Jennifer Jason Leigh) pour reconstituer la naissance de la Beat Generation.

Après encore quelques rôles dans des blockbusters plus ou moins réussis, Daniel Radcliffe montre plutôt ses aptitudes dans deux films indés sortis plus discrètement en 2016 : le thriller IMPERIUM (Daniel Ragussis), où il joue un agent du FBI infiltré dans un groupe terroriste néo-nazi qui prépare un attentat à la bombe, et le bien barré SWISS ARMY MAN (Dan Kwan et Daniel Scheinert), où il entre dans la peau d’un cadavre qui accompagne un suicidaire joué par Paul Dano (c’est génial, et c’est sorti sur Netflix chez nous). L’année suivante, Radcliffe incarne aussi avec une certaine réussite l’aventurier Yossi Ghinsberg dans le biopic qui lui est consacré, JUNGLE (Greg McLean). Enfin, il est depuis 2019 l’une des deux stars de MIRACLE WORKERS (Simon Rich), une série à l’humour très particulier, où il interprète à chaque saison un rôle volontairement stupide en compagnie du maître du genre, Steve Buscemi, montrant par la même occasion qu’il n’a pas peur du tout du ridicule. Un registre radicalement opposé à celui d’ESCAPE FROM PRETORIA, et qui prouve que Daniel Radcliffe a parcouru un sacré chemin depuis sa révélation aux yeux du monde – et il y a vingt ans déjà ! – dans HARRY POTTER A L'ECOLE DES SORCIERS (Chris Colombus, 2001).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram