Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

FISHERMAN'S FRIENDS, une comédie aussi rafraîchissante qu’un bonbon

Posté par Alexis Lebrun le 10 janvier 2022
Besoin d’un feel-good movie pour oublier la morosité hivernale du Blue Monday, le jour le plus déprimant de l’année ? Inspiré d’une histoire vraie, FISHERMAN'S FRIENDS pourrait bien constituer le remède idéal, car il contient tous les ingrédients d’une vraie comédie sociale à l’anglaise : drôle, touchante et réconfortante.
Choc des cultures

C’est désormais un marronnier depuis l’apparition de la crise sanitaire : comment les citadins qui s’installent plus ou moins longtemps loin des grandes villes s’acclimatent-ils à leur nouveau cadre de vie ? FISHERMAN'S FRIENDS (2019) a été tourné bien avant la pandémie, mais ce choc des cultures que les médias aiment commenter est au cœur du film réalisé par le britannique Chris Foggin. Son personnage principal, Danny (Daniel Mays) est en effet un quarantenaire londonien branché et cynique – il travaille dans l’industrie musicale – qui traîne des pieds pour aller à l’enterrement de vie de garçon d’un de ses collègues dans le port de pêche de Port Isaac dans les Cornouailles. Sur place, il découvre qu’un groupe de pêcheurs s’est forgé une petite réputation locale en entonnant des chansons traditionnelles de marins, mais Danny et ses collègues sont évidemment beaucoup trop snobs pour cet univers, à tel point que son affreux patron se permet de lui lancer un défi en forme de mauvaise blague : faire signer aux pêcheurs un contrat d’enregistrement pour un album.

Problème, Danny prend la demande au premier degré et tente donc de s’intégrer parmi ces hommes dont les habitudes et valeurs sont très éloignées des siennes. Peu sensibles aux promesses de gloire et d’argent, les pêcheurs se méfient logiquement de Danny et lui donnent du fil à retordre, mais celui-ci va peu à peu apprendre à apprécier leur musique et leur mode de vie beaucoup plus authentique que le sien. Surtout, Danny s’entiche d’Alwyn (Tuppence Middleton), la fille de l’un des pêcheurs qui est aussi mère célibataire, et qui pourrait bien l’aider à convaincre son père et ses collègues. Et si tout cela vous semble un peu gros, sachez qu’il s’agit d’une histoire vraie, et qu’un groupe de pêcheurs de Port Isaac nommé Fisherman’s Friends a bien signé avec Universal pour un album de chants marins en 2010.

Spécialité britannique

Cet ancrage dans la réalité permet de ne pas faire la fine bouche devant les bons sentiments mis en avant par FISHERMAN'S FRIENDS : le film de Chris Foggin remplit parfaitement son office de comédie sociale qui sent bon le feel-good movie, un genre que le cinéma britannique affectionne particulièrement. On se souvient qu’en 1996, Mark Herman avait fort bien raconté dans LES VIRTUOSES l’histoire de miniers jouant dans un orchestre de cuivres et rêvant du Royal Albert Hall de Londres alors que la fermeture de la mine et le chômage menacent. Cette comédie dramatique avait rencontré un succès surprise (notamment en France), mais rien de comparable à la déflagration provoquée l'année suivante par THE FULL MONTY (Peter Cattaneo, 1997) et ses métallos au chômage transformés en une troupe de strip-teaseurs.

Le réalisateur du film a récidivé dans le même genre il y a peu avec THE SINGING CLUB (2020), qui raconte lui l’histoire vraie des femmes de militaires ayant formé des chorales sur certaines bases britanniques pour tromper l’ennui et l’angoisse du quotidien. Et si nous ne sommes pas non plus en reste en France avec le grand classique LES CHORISTES (Christophe Barratier, 2004) ou le plus récent biopic SŒUR SOURIRE (Stijn Coninx, 2009), ce cinéma social et musical reste la spécialité de nos voisins d’outre-Manche. Cinéaste encore méconnu malgré un beau premier film (KIDS IN LOVE en 2016 avec Will Poulter et Alma Jodorowsky), Chris Foggin le prouve d’ailleurs encore ici, en filmant très joliment les superbes paysages naturels des Cornouailles, et en réussissant à créer une belle alchimie entre les membres de son casting, où c’est une femme qui brille le plus, l’actrice britannique Tuppence Middleton, vue récemment dans POSSESSOR (Brandon Cronenberg, 2021), MANK (David Fincher, 2020) et surtout les séries SENSE8 (2015-2018, Netflix), GUERRE ET PAIX (2016, CANAL+) et SHADOWPLAY (2021, CANAL+).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram