Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

GOOD BOYS ou la préadolescence traitée avec un humour à la Judd Apatow

Posté par Rosario Ligammari le 9 novembre 2020
Réalisé par Gene Stupnitsky, GOOD BOYS a été écrit et produit par Seth Rogen et Evan Goldberg, deux figures importantes du cinéma de Judd Apatow. Contrairement aux productions du roi de l'humour américain, le film met en scène non plus de grands enfants mais de (vrais) pré-adolescents. Voyons à quoi ça se ressemble.
L'influence Apatow

Le pitch de GOOD BOYS (Gene Stupnitsky, 2019) est simple et rappelle un peu celui du film LES BEAUX GOSSES (Riad Sattouf, 2009). Trois garçons qui ont entre onze et douze ans (Jacob Tremblay, Keith L. Williams et Brady Noon) se demandent comment embrasser une fille pour la première fois. Et c'est parti pour une série d'aventures toutes plus invraisemblables les unes que les autres... Du AMERICAN PIE pré-adolescent ? Pas vraiment. Il faut tout de suite nommer les scénaristes et producteurs du film : Seth Rogen et Evan Golberg. Il s'agit de deux noms emblématiques du cinéma de Judd Apatow, en tant que scénaristes de ses productions (mais aussi en tant qu'acteur concernant Rogen).

GOOD BOYS est alors imprégné de l'esprit Judd Apatow, empereur de la comédie américaine, spécialiste des situations cocasses et des dialogues potaches. Pour les enfants, c'est une véritable cour de récréation : ils peuvent prononcer tous les gros mots qu'ils veulent et faire toutes les « bêtises » possibles puisque c'est le réalisateur et surtout les scénaristes/dialoguistes qui l'exigent.

Avant l'adolescence

Les productions Judd Apatow portent sur l'adolescence, comme dans SUPERGRAVE (Greg Mottola, 2007), ou l'angoisse des quadragénaires, comme dans 40 ANS, TOUJOURS PUCEAU (réalisé par Judd Apatow lui-même et sorti en 2005). Mais il n'a jamais été question pour l'instant du passage de l'enfance à l'adolescence, sachant d'autant plus que ses personnages semblent pour la plupart n'en être jamais sortis. Seth Rogen a justement souvent incarné le prototype du grand enfant : pour le prouver, il suffit de citer EN CLOQUE, MODE D'EMPLOI (toujours mis en scène par Judd Apatow 2007).

Ajoutons un autre homme qui a participé à l'élaboration de GOOD BOYS : Jonah Hill (en tant que producteur délégué). Cela fait un troisième membre éminent de la bande Apatow. Ce dernier a d'ailleurs a réalisé son premier film, le nostalgique 90'S (2019), avec en tête d'affiche un jeune collégien. Alors, plutôt qu'une version américaine des BEAUX GOSSES ou un AMERICAN PIE pour enfants, GOOD BOYS serait-il en fait une version collégienne de SUPERGRAVE ou le versant humoristique de 90'S ?

Du John Hugues potache

Au-delà de Judd Apatow, les influences de GOOD BOYS sont aussi à chercher du côté de la série South Park. La différence – énorme – c'est qu'il s'agit d'animation : on peut davantage « tout se permettre », comme par exemple faire dire toutes les horreurs à des enfants.

On pense encore à une catégorie spécifique de cinéma : celle des films de potes dans lesquels lesdits amis sont des enfants, comme STAND BY ME (Rob Reiner, 1987). En fait, on songe surtout à John Hugues, réalisateur, scénariste et producteur très représentatif du cinéma avec des enfants et des jeunes adolescents ; on lui doit entre autres LA FOLLE JOURNEE DE FERIS BUELLER (1986) ou MAMAN, J'AI RATÉ L'AVION (réalisé par Chris Colombus, 1990). Posons alors une dernière fois la question : à quoi ressemble vraiment GOOD BOYS ? Réponse : à la rencontre improbable entre Judd Apatow et John Hughes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram