Kim Novak, la plus blonde de toutes les blondes

Posté par Marc Larcher le 21 mars 2022
En rendant hommage à l’actrice de SUEURS FROIDES, Ciné+ rétablit la vérité : la matrice du charme fou des actrices blondes, c’est elle. Le cinéma américain et Madonna ne s’en sont jamais remis.
Une plastique parfaite et un regard doux

Les amateurs pourront vous parler pendant des heures de la blondeur envoûtante de Marilyn Monroe, de celle classieuse de Catherine Deneuve, de l’aristocratique Grace Kelly, des fougueuses Brigitte Bardot et Charlize Theron mais les connaisseurs savent qu’une actrice les renvoie toutes à la maison : Kim Novak, dont le seul nom sonne déjà comme un argument publicitaire. Avec sa plastique impressionnante, son regard doux, ses cheveux courts et son sourire mi innocent mi ravageur, elle a fait tourner la tête de plusieurs générations de spectateurs. 

Une filmographie imparable

C’est le grand producteur Harry Cohn qui l’a repérée à Los Angeles et décide d’en faire la concurrente de Marilyn Monroe, tout en remplaçant la grande Rita Hayworth... On peut difficilement faire plus difficile comme mission pour lancer une carrière. Surtout, quand quelques semaines auparavant, la jeune femme faisait la tournée de promotion d'une société de vente de réfrigérateurs. Peu importe, Cohn lui ordonne de prendre des cours de comédie, de perdre du poids et de changer de prénom – elle s’appelait originellement… Marylin. Dès lors, Kim va franchir une à une toutes les étapes menant à la gloire et va peu à peu se constituer une impressionnante filmographie que retrace dans le détail CINE +. On retrouve ainsi sa silhouette sculpturale dans PICNIC (1955) où un mauvais garçon de passage interprété par William Holden la séduit, puis ce sera la même année, rien de moins que Frank Sinatra dans L’HOMME AU BRAS D’OR d’Otto Preminger qu’elle essaiera de sortir de la drogue. En 1957, elle est la concurrente de Rita Hayworth dans la comédie musicale LA BLONDE OU LA ROUSSE et c’est Frank Sinatra encore qui choisit de finir sa vie avec une des deux (pas de spoiler, il faut attendre la dernière minute du film pour savoir qui triomphe...). Au cours des années 50, elle ne cesse d’enchaîner les films et les succès, on la retrouve dans L’ADORABLE VOISINE (1958) où devenue sorcière, elle ensorcèle son voisin du dessus, le brave James Stewart. Avec son rôle de propriétaire soupçonnée d’avoir tué son mari, elle prouve face à Jack Lemmon dans L’INQUIETANTE DAME EN NOIR (1962) que son registre est bien plus vaste que celui de la simple séduction. Quinze ans plus tard, on la retrouve encore aux côtés de Charles Bronson, lui aussi sur la pente descendante, dans l’étonnant western enneigé THE WHITE BUFFALO.

De Madonna à Bardot, elles lui doivent beaucoup

Aujourd’hui, on réalise seulement à quel point une armée de stars blondes, Madonna en tête, lui doivent une bonne partie de leur inspiration. Et ce, jusqu’aux soutien-gorges en pointe que Jean-Paul Gaultier a sculptés pour la chanteuse, elle aussi en portait des décennies avant. Les cinéphiles ont même appris que pour le fameux rôle de Brigitte Bardot dans LE MEPRIS (1965), Jean-Luc Godard avait d’abord envisagé… Kim Novak. Les autres savent que son rôle dans SUEURS FROIDES d’Alfred Hitchcock est peut-être un des plus beaux du monde. En un mot, la reine, ce n’est pas les autres, fussent-elles aussi blonde platine, c’est Kim. 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram