Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

L'Enfant rêvé : Jalil Lespert est l'invité du Cercle

Posté par Aurelien BACOT le 8 octobre 2020
Il a débuté sa carrière d’acteur sur les chapeaux de roues en décrochant, dès 2001, le César du Meilleur Espoir pour son interprétation dans L’EMPLOI DU TEMPS de Laurent Cantet. Jalil Lespert a ensuite enchaîné les rôles remarqués chez des cinéastes comme Xavier Beauvois, Guillaume Canet, Robert Guédiguian ou Alain Resnais.

Mais très tôt, le comédien a également démarré en parallèle une carrière de réalisateur : du drame avec LES VENTS CONTRAIRES, à la comédie avec LE DINDON en passant par le biopic avec YVES SAINT-LAURENT. Jalil Lespert a ainsi prouvé qu’il pouvait cumuler les casquettes et multiplier les registres que ce soit derrière ou devant la caméra, sans aucun faux pas. A l’occasion de la sortie du long métrage L’ENFANT RÊVÉ de Raphaël Jacoulot, dans lequel Jalil Lespert interprète le premier rôle, Augustin Trapenard et l’équipe du Cercle ont reçu ce passionné de cinéma pour revenir sur sa carrière aux multiples facettes.

Et quand on demande à Jalil Lespert quel est le point commun entre son métier d’acteur et celui de réalisateur sa réponse fuse comme une évidence :

« J’ai la même curiosité qui vient du fait d’être acteur et d’avoir eu la chance de traverser des univers différents justement. »

La découverte de nouveaux univers et la curiosité comme moteur, mais également un besoin viscéral de raconter des histoires qui l’ont touché et ce, que ce soit derrière la caméra ou sous la direction d’un autre cinéaste.

« Je suis encore plus touché quand j’arrive ailleurs, dans un univers que ne connais pas, à travers une histoire que je vais raconter moi, ou à travers une histoire que je vais essayer de raconter avec un autre. »

De retour dans l’actualité cinéma, cette fois ci en tant qu’acteur, Jalil Lespert habite littéralement le nouveau film de Raphaël Jacoulot, L’ENFANT RÊVÉ, dont il tient la tête d’affiche. Entouré des comédiennes Mélanie Doutey et Louise Bourgoin, Jalil Lespert y campe un patron de scierie, travaillé par un irrépressible désir de paternité.

L’occasion rêvée d’interroger le comédien sur ce qui l’a motivé pour accepter ce rôle et la manière dont il s’imprègne d’un personnage.

« Quand j’ai lu le scénario, je me suis dit qu’il y avait un univers chabrolien qui me plaisait, de thriller intime très français… Avec des personnages auxquels on s’identifie mais avec une espèce de profondeur, de noirceur, de folie même et de dangerosité, qui m’ont fait m’inspirer de personnages campés par Jean Yanne. »

Et pour tout connaître du cinéphile Jalil Lespert, rien ne vaut le questionnaire du Cercle. On préfère vous laisser découvrir l’intégralité de ses réponses ci-dessous, mais il nous a suffi de savoir Jalil rêverait de vivre dans La Dolce Vita pour tomber encore plus sous le charme…

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram