Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La Belle et le Clochard, le classique de Disney en chair et en os

Posté par Rosario Ligammari le 7 avril 2020
La Belle et le Clochard a marqué plusieurs générations avec sa romance entre un cocker de salon et un chien bâtard des rues. Aujourd'hui adapté en film, le chef-d’œuvre de Disney de 1955 ne perd rien de sa magie et réserve même quelques surprises...
Histoires d'amour et différences sociales

La Belle et le Clochard (Clyde Geronimi et Hamilton Luske, 1955) est un dessin dont tout le monde se souvient. Au-delà de la palette d'émotions qui découle du film, cela vient peut-être du fait que les aventures entre des chiens gagnent une affection particulière chez les spectateurs de n'importe quel âge. Cela vient aussi sans doute du fait que le dessin animé raconte une histoire d'amour entre deux personnages qui ne sont pas du même monde, de la même classe sociale.

Il s'agit bien sûr d'une base scénaristique qu'on retrouve dans une multitude d’œuvres, aussi bien littéraires – depuis au moins William Shakespeare avec Roméo et Juliette (1597) – que cinématographiques, de Love Story (Arthur Hiller, 1971) à La Fièvre dans le sang (Elia Kazan, 1962) en passant par Titanic (James Cameron, 1998). Une base scénaristique qui fonctionne aussi lorsqu'elle est au service de l'animation.

L'amour et les origines sociales chez Disney

Chez Disney, les histoires d'amour entre deux individus que les classes sociales opposent, cela ne date pas d'hier non plus, comme on peut le voir avec Cendrillon (Wilfred Jackson et Hamilton Luske) sorti en 1950. Dans La Belle et le Clochard, il s'agit du coquet cocker de salon dénommé Lady et du fameux « Clochard » (un nom qui en dit long), un chien bâtard plein de fougue et d'aplomb. Ce couple ressemble quelque peu à celui d'un autre dessin animé que les studios Disney réaliseront quelques années plus tard (en 1971) : Les Aristochats (Wolfgang Reitherman). En effet, ce dernier pourrait être, sur certains aspects, sa « version féline », à travers l'histoire d'amour entre Duchesse (encore un nom qui en dit long) et O'Malley le chat sauvage.

Du côté des humains, s'il y a bien une histoire d'amour à la base « impossible » pour des raisons de classes sociales opposées, c'est bien celle qui met en scène le voleur des rues Aladdin et la princesse Yasmine dans Aladdin (John Musker et Ron Clements, 1993).

La Belle et le Clochard : de la scène des spaghettis à l'adaptation en film

Tout film d'amour réussi contient au moins une scène mythique. Dans La Belle et le Clochard, il s'agit bien sûr de la séquence des spaghettis lors du repas romantique. Sous la lune, les deux chiens dévorent le plat de pâtes jusqu'à ce que leur visage se rapprochent par le biais des fameux spaghettis. Et dire que ce passage a failli ne pas apparaître dans le film... En effet prévue pour être retirée de l'histoire, la séquence a été « sauvée » par le travail (effectué en solitaire) de Frank Thomas, animateur qui fait partie des « Neuf Sages de Disney » (le nom donné aux animateurs des plus grands films Disney du premier âge d'or).

On peut parfois se demander pourquoi refaire un Disney en prises de vue réelles. La réponse avec la Belle et le Clochard (Charlie Bean, 2019) est limpide : le fait de mettre en scène de vrais chiens apporte bien sûr un charme supplémentaire. Et il faut savoir aussi que, contrairement à Aladdin (Guy Ritchie, 2019) ou Le Roi Lion (Jon Favreau, 2019) qui restent très fidèles aux dessins animés dans leur trame, La Belle et Le Clochard se permet d'y ajouter quelques scènes tout en reprenant bien sûr le récit originel. Une façon originale de redécouvrir en famille ce classique Disney.

La Belle et le Clochard, disponible sur Disney+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez CANAL+ Cinéma  sur :

Facebook

Twitter

Instagram