Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La jeunesse au cinéma : entre nostalgie, rires et larmes.

Posté par Cinéma Canal le 20 avril 2021
Ce mois-ci, on vous propose de découvrir Play, d'Anthony Marciano. A travers la petite caméra de Max, 13 ans, qui filme son passage de l'adolescence à l'âge adulte, c'est l'histoire de toute une jeunesse qu'il nous raconte. La jeunesse qui a grandi dans les années 90, dans une certaine forme d'insouciance. C'était l'époque d'Hélène et les garçons, de Blink-182, de la première victoire des Bleus en Coupe du Monde, puis des premières sorties en boîte avec Demon et son You are my high. La nostalgie du film nous touche en plein coeur et nous rappelle que pour peu qu'on soit issu des classes moyennes urbaines, on a tous partagé cette jeunesse-là. Mais ce n'est pas le premier réalisateur qui se colle à la jeunesse. L'occasion pour nous de vous rappeler quelques films qui ont fait la part belle à cette période de basculement entre l'adolescence et l'âge adulte.

Evidemment, s'il y a un réalisateur qui parle jeunesse, groupes de potes, relations conflictuelles avec les parents, premiers amours, poly-amours et découverte de la sexualité, c'est bien Xavier Dolan. Des Amours Imaginaires à Matthias et Maxime, on adore suivre le réalisateur et son groupe de potes. Pas de film en particulier à vous conseiller, il y en a des meilleurs que d'autres, certains plus clipés que d'autres, mais tous nous touchent par leur sincérité et leur émotion, sans même parler de la beauté formelle de la réalisation, qui tape juste à chaque fois. 

Toujours de l'autre côté de l'Atlantique, on ne peut pas ne pas penser à Gus Van Sant et surtout à Elephant. Evidemment, le film raconte l'histoire d'une tuerie dans un lycée américain lambda, mais avant que le drame n'arrive, il questionne l'adolescence comme personne. La place que chacun trouve au lycée, du plus populaire ou du plus en marge, les passions particulières de chacun qui se cognent à celles du groupe, qui sont donc les seules à être légitimes. Une claque, même près de 20 ans plus tard. 

Plus fun, même si parfois glauque, le travail de Gregg Araki, que ce soit dans ses films ou dans sa série Now Apocalypse, est évidemment à noter. Le réalisateur est fasciné par la jeunesse, par les looks improbables, par la vie en coloc, que ce soit au lycée ou à la fac. Il y a de la danse, du sexe, des couleurs et de la drogue partout, et même parfois des sorcières, comme dans Kaboom, un film avec lequel vous n'êtes pas à l'abris du fou rire. 

Enfin, en France, s'il y a bien un réalisateur qui raconte la jeunesse avec une justesse inouïe, c'est Riad Sattouf. On pense évidemment aux Beaux Gosses, qui n'ont de beaux gosses que le titre. Festival de punchline et de scènes cultes, le film nous montre une immense tendresse pour l'âge ingrat. Mais il ne faudrait pas oublier Les Cahiers d'Esther, série animée d'après les BD du même nom, qui fait de la langue de la jeunesse un art et qui croque en quelques minutes des situations que nous avons tous vécu. 

De quoi vous souvenir de vos premiers baisers, vos premiers râteaux, et de vos appareils dentaires qui vous ont empêché de sortir avec Jessica en 4ème C ! Enjoy ! 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram