Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La nouvelle merveille des studios Disney s'appelle Artemis Fowl

Posté par Rosario Ligammari le 9 juin 2020
Diffusé pour la première fois sur Disney + le 12 juin, Artemis Fowl adapte la saga éponyme à succès de l'écrivain irlandais Eoin Colfer. Dans la même veine que des films d'aventure entremêlés de fantasy comme Harry Potter, ce nouveau héros a tout pour gagner l'affection du public de tous les âges.
Nouveau film Disney

Après une série de remakes de classiques animés en prises de vues réelles (Le Roi Lion de Jon Favreau, Aladdin de Guy Ritchie ou Dumbo de Tim Burton, tous trois sortis l'année dernière), Disney présente aujourd'hui son nouveau long-métrage original avec Artemis Fowl (Kenneth Branagh, 2020). Tiré d'une saga d'aventure fantastique en huit tomes écrite par l'Irlandais Eoin Colfer, ce film s'inspire des deux premiers ouvrages sortis entre 2001 et 2002.

Résultat : si lesdits remakes ont eu ce pouvoir magique de faire retomber en enfance les plus adultes d'entre nous, Artemis Fowl fait aussi office de cure de jouvence et de nostalgie pour celles et ceux qui ont découvert les épopées du jeune garçon intrépide il y a (déjà) dix-neuf ans. Avec ses effets visuels impressionnants et son action trépidante, les autres ne devraient non plus bouder leur plaisir.

De la fantasy et un anti-héros

Tourné en Irlande du Nord (mais aussi au Royaume-Unis et au Vietnam), l'univers fantasy d'Artemis Fowl renvoie inévitablement à des sagas telles que Le Seigneur des Anneaux ou Harry Potter ou avant eux des films tels que Legend (Ridley Scott, 1985) ou Willow (Ron Howard, 1988) et doit aussi beaucoup aux contes folkloriques irlandais.

Mais qui est cet Artemis, au fait ? Artemis Fowl (incarné par Ferdia Shaw, pour la première fois à l'écran) est un petit génie de douze ans descendant d'une lignée de criminels. Le garçon doit livrer plusieurs combats contre le Peuple des fées, des créatures mystiques qui seraient à l'origine de la disparition de son père deux ans plus tôt. Pour ce qui est du personnage en tant que tel, Artemis Fowl se démarque assez des héros traditionnels qui veulent « faire le bien » et qui se révèlent particulièrement exemplaires. Ici, nous avons plutôt affaire à un héros cupide et manipulateur, quasiment un petit « génie du mal », même si, Disney oblige, il n'est pas si méchant qu'il en a l'air.

Des personnages familiers du monde Disney

Hormis le héros du titre, on retrouve dans Artemis Fowl des visages familiers du cinéma de jeunesse, que l'on a croisé dans les fameux remakes des films d'animation du studio Disney. Faisons l'appel. L'Irlandais Colin Farrell – qui ici joue le père d'Artemis – faisait partie des têtes d'affiche du Dumbo de Tim Burton. Josh Gad était l'ami de Gaston nommé Le Fou dans La Belle et la Bête (Bill Condon, 2017). Nonso Anozie jouait quant à lui le capitaine Bishop dans Pan (la version de Joe Wright, sortie en 2015) ou encore dans Cendrillon (2015) réalisé par le même Kenneth Branagh.

Disney a choisi de renouveler sa confiance à Kenneth Branagh pour la réalisation. Normal, cet Irlandais de naissance à un savoir-faire en matière de cinéma à destination de la jeunesse  ou d'aventure qui n'est plus à prouver (Thor en 2011, Le Crime de l'Orient-Express en 2017...). Sans oublier non plus que c'est lui qui interprétait l'écrivain Gilderoy Lockhart dans le deuxième volet Harry Potter (Harry Potter de Chris Columbus, 2002). 

En somme, tous les ingrédients sont réunis pour qu'Artemis Fowl prétende au titre de nouveau chef-d’œuvre de Disney.

Artemis Fowl, disponible dès le 12/06 sur DISNEY+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram