Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Late Night, quand le cinéma pénètre les coulisses d'un show américain

Posté par Rosario Ligammari le 22 juin 2020
Quand le cinéma traite de la télévision, cela donne souvent des satires grinçantes. Le petit écran n'est pas épargné par le grand. Late Night nous montre les coulisses d'un show américain à travers une équipe d'écriture et plus particulièrement par le biais de la relation agitée entre une animatrice vedette et sa nouvelle recrue. Forcément, l'humour est au rendez-vous.
Late Night, le show à l'américaine vu par le cinéma

Late Night (Nisha Ganatra, 2019) nous plonge dans l'univers de l'écriture de shows télévisés, un monde forcément inconnu du public. Pour relancer son émission sur le déclin, une animatrice star de late show (Emma Thompson) est contrainte d’embaucher au sein de son équipe rédactionnelle une certaine Molly (Mindy Kaling), une femme d'origine indienne qui n'a absolument rien à voir avec elle. Bonne nouvelle : le late show va alors connaître un nouveau succès.

L'actrice Mindy Kaling, également scénariste du film, s'est inspirée de son propre parcours dans le secteur du divertissement télévisuel. Elle est la première femme de couleur à avoir fait partie de l'équipe d'écriture de The Office (série créée par Ricky Gervais et Stephen Merchant et diffusée entre 2005 et 2013). Avant cela, Kaling a été stagiaire sur plusieurs late-night shows, ces émissions américaines diffusées en troisième partie de soirée qui mélangent humour et interviews. L'actrice précise : « Dans le film, les auteurs sont bien moins accueillants envers Molly que les scénaristes de The Office ». Eh oui, parce que le moins que l'on puisse dire, c'est que le cinéma n'est pas toujours tendre avec le milieu de la télévision...

Quand le grand écran n'épargne pas le petit écran

Le cinéma s'est intéressé aux coulisses de la télé à plusieurs reprises : cela permet bien sûr de montrer l'envers d'un décor auquel les spectateurs n'ont pas accès. Et de donner à entendre ce qui est censé rester « off ». Déjà en 1957, dans Un homme dans la foule (Elia Kazan, 1957), un animateur donnait le fond de sa pensée sur plusieurs sujets sensibles, se croyant « hors antenne » ; autant dire que ses paroles auraient mieux fait de ne pas fuiter. On se souvient encore du Quiz Show (Robert Redford, 1994) qui adaptait un fait réel des années 50 à propos d'un jeu télé américain soupçonné de tricherie et de corruption.

Plus récemment, une partie du film Slumdog Millionnaire (Danny Boyle, 2009) se déroulait sur le plateau du célèbre jeu Qui veut gagner des millions ? ainsi que dans les coulisses : l'animateur (fictif, bien sûr), antipathique et manipulateur, faisait tout son possible pour que le héros perde. Plus grave, cette année, Scandale (Jay Roach) reprenait l'affaire impliquant le président de Fox News, Roger Ailes, accusé de harcèlement sexuel à l'encontre de plusieurs journalistes.

Les coulisses de la télévision vues avec humour

Souvent dans les coulisses, les tensions sont palpables. Cela donne matière à des satires montrant des jeux de massacres savoureux, surtout quand il est question de pouvoir. On pense à la comédie acide Mon Idole, le premier long-métrage de Guillaume Canet sorti en 2002, qui tirait un portrait cynique du patron d'une grande chaîne (incarné par François Berléand). Dans Présentateur Vedette : la légende de Ron Burgundy (Adam McKay, 2005), les coulisses de la télévision des années 70 étaient traitées avec un humour potache et absurde – pas étonnant de la part de Will Ferrell et de sa bande de trublions.

Assez proche dans le genre, L'Interview qui tue ! (Seth Rogen et Evan Goldberg) mettait en scène un producteur télé et un animateur de talk show au milieu d'un complot meurtrier en Corée du Nord : inutile de préciser que le film était à prendre au troisième degré. Concernant Télé Gaucho (Michel Leclerc, 2012), c'est d'une télé « alternative » qu'il s'agissait. La bonne ambiance y régnait en plus d'un activisme anarchiste ; plus encore que de créer une chaîne de télévision, la bande voulait faire la révolution, caméra au poing.

Dans Late Show, toute une équipe est chargée d'écrire des textes acerbes pour la présentatrice dudit show. Et les rapports entre cette dernière et sa nouvelle employée ont beau être tendus, ils sont surtout prétextes à des situations cocasses. Dans les coulisses, l'humour est donc là aussi omniprésent.

Late Night, disponible dès le 21/06 sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram