Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Les Gardiens de la Galaxie, une saga OVNI chez Marvel

Posté par Rosario Ligammari le 6 avril 2020
Humour loufoque et séquences d'action trépidantes avec un anti-héros et des extraterrestres déjantés, voilà pour le programme essentiel des films Les Gardiens de la Galaxie. En même temps, avec James Gunn derrière la caméra, il fallait s'attendre à un bon degré de folie...
Un film potache à grand succès

Si Marvel cite son propre cinéma (notamment dans ses post-génériques), Les Gardiens de la Galaxie 1 et 2 (James Gunn, 2014 et 2017) font figure de « must » parmi les films du célèbre studio. Avec ses deux volets, Marvel obtient en effet l'une de ses plus belles réussites, aussi bien sur le plan de la réception critique que du côté du box-office. Serait-ce dû au fait qu'il s'agisse du dixième film de la franchise ?

Les Gardiens de la Galaxie marque en tout cas un nouveau « départ ». Après des sagas héroïques comme Iron Man ou Captain America, ce nouveau-né s'en tient aux codes Marvel pour mieux les tordre un peu plus loin, faisant preuve d'un humour potache très décomplexé. Pour être plus clair, James Gunn avait présenté le premier film comme « la version barrée d'Avengers ». On peut dire que c'est un bon résumé.

Une galerie de personnages déjantés

Pour ce qui est du résumé de l'histoire, nous suivons Peter Quill alias Star-Lord (Chris Pratt), un anti-héros traqué par les chasseurs de primes depuis qu'il a volé un Orbe appartenant au super-vilain Ronan (Lee Pace). Quand il découvre que le globe détient un sacré pouvoir et que la galaxie est menacée, il fait alliance avec des « zinzins de l'espace » pour paraphraser la série d'animation (créée par Jean-Yves Raimbaud et Philippe Traversat).

Il y a Rocket, un drôle de raton laveur, Drax le Destructeur interprété par le catcheur David Bautista, l'humanoïde au physique d'arbre nommé Groot et Gamora alias Zoé Saldana, repeinte entièrement en vert. Et Chris Pratt en Star-Lord donc qui, pour l'occasion, a perdu trente kilos pour gagner en échange une belle masse musculaire. En somme, des personnages déjantés qui se retrouvent dans des aventures qui le sont tout autant. Et, dans le premier volet autant que dans le second, le tout est accompagné d'une bande-son 70's et 80's entraînante (Jackson Five, Marvin Gaye, ELO...) que le réalisateur ne manquait pas de mettre durant le tournage, pour stimuler son équipe et mettre une bonne ambiance.

Au fait, qui est James Gunn ?

James Gunn, le réalisateur du film, est lui aussi un drôle d'énergumène. En plus d'être le scénariste des deux films adaptés de la série Scooby-doo (réalisés par Raja Gosnell, 2002 et 2004), l'Américain aime injecter de l'humour dans ce qu'il fait, y compris quand il met en scène un film d'horreur – la preuve avec Horribilis (2006). Pour rester dans le rayon épouvante, Gunn a été juge pour Le Casting de l'horreur (diffusé sur VH1), émission de télé-réalité dans laquelle il devait trouver l'actrice qui allait jouer dans Saw 6 (Kevin Greutert, 2009) – Saw 6, oui, même le titre, dans sa version française, est marrant.

Gunn est aussi à l'origine de la web-série humoristique PG Porn (Paramount Network), diffusé en français en 2010 sur CANAL+ sous le nom de Du hard ou du cochon. Et le monde des héros ? James Gunn y est familier : en 2011, il a réalisé Super, un film super-héroïque surtout super satirique. Enfin, c'est lui-même qui sera aux manettes du reboot de Suicide Squad (sortie prévue l'an prochain).

Cela ne fait pas de doute : James Gunn est bien le réalisateur idéal pour donner aux Gardiens de la Galaxie toute sa folie.

Les Gardiens de la Galaxie, disponible sur Disney +

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez CANAL+ Cinéma  sur :

Facebook

Twitter

Instagram