Nous finirons ensemble : quand Guillaume Canet s'offrait une nouvelle jeunesse

Posté par Rosario Ligammari le 8 Janvier 2020
D'abord connu comme acteur, Guillaume Canet s'est imposé très jeune en tant que réalisateur de talent. Il n'a même pas trente ans lorsque son premier film, Mon Idole, sort sur les écrans. Dix-sept ans plus tard, Nous finirons ensemble constitue la suite de son grand succès Les petits mouchoirs, un diptyque dont le sujet pourrait justement être la jeunesse qui s'enfuit.
Être acteur et devenir réalisateur

Il n'y a rien de mieux pour un aspirant réalisateur que de démarrer en tant qu'acteur. C'est ainsi qu'ont commencé des comédiens français aussi différents que Mathieu Amalric, Mélanie Laurent et Dany Boon. Tous ont donné la réplique devant la caméra pour lancer ensuite à leur tour la phrase « Silence, ça tourne ! ». Guillaume Canet fait lui aussi partie de cette catégorie.

Ayant d'abord fait ses armes au théâtre puis à la télévision, Canet s'est rapproché petit à petit du milieu qui l'intéressait vraiment : le cinéma. En se faisant la main sur des courts-métrages et surtout en apprenant des cinéastes comme Pierre Jolivet (En plein cœur, 1998), Danny Boyle (La Plage, 2000) ou Andrzej Żuławski (La Fidélité, 2000), l'acteur s'est transformé en réalisateur. La particularité, c'est qu'il l'est devenu très jeune.

Réalisateur précoce et ambitieux

Si l'on regarde bien, ils sont rares les réalisateurs à avoir fait leur premier long-métrage avant la trentaine. Certes il y a quelques exceptions comme Louis Malle, qui tourne Ascenseur pour l'échafaud (sorti en 1958) à l'âge de vingt-cinq ans, ou encore Mathieu Kassovitz, qui n'a que vingt-huit ans quand La Haine sort sur les écrans (en 1995). On pense aussi bien sûr à Xavier Dolan, qui est devenu justement un symbole de réalisateur précoce – il a vingt ans à la sortie de son premier film (J'ai tué ma mère, en 2009).

Guillaume Canet quant à lui n'a que vingt-neuf ans quand sort Mon Idole (en 2002), son premier long-métrage qui n'épargne pas le milieu du show-business (et en particulier la télé). En 2006, Ne le dis à personne (2006), polar très ambitieux, le fait entrer dans la cour des grands ; le film a d'ailleurs failli avoir son remake américain et, pour l'anecdote, Guillaume Canet entre à cette occasion en contact avec Martin Scorsese, ce dernier étant intrigué notamment par un plan complexe du film.

Des films de potes et des succès

Mais ce n'est pas tout. Ne le dis à personne lui permet de recevoir le César du Meilleur réalisateur. Âgé de trente-trois ans, Guillaume Canet devient alors le plus jeune metteur en scène à recevoir cette récompense ; il a été depuis devancé par Xavier Dolan – encore lui – pour Juste la fin du monde (2016), à vingt-sept ans.

Si l'on est la plupart du temps seul derrière la caméra, Guillaume Canet est clairement lié à une bande d'acteurs qui sont aussi amis à la ville : Gilles Lellouche, François Cluzet, Laurent Laffite... On peut parler de « films de potes » concernant Les petits mouchoirs et sa suite Nous finirons ensemble. Ce dyptique lui offre une nouvelle jeunesse. Et le triomphe est encore au rendez-vous : Les Petits Mouchoirs a été le gros succès de l'année 2010 juste derrière Harry Potter et les reliques de la mort (Daniel Yates) ; et en 2019 Nous finirons ensemble a également été un carton, devançant pendant un temps Avengers : Endgame (les frères Russo).

Sinon qu'en est-il de la suite ? Guillaume Canet se glissera dans la peau du petit gaulois moustachu pour le prochain Astérix (Astérix : L'Empire du milieu, sorti prévue en 2020). Ah oui, c'est aussi lui qui réalisera le film.

Nous finirons ensemble, disponible dès le 10/01 sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez Canalplus Cinema sur :

Facebook

Twitter

Instagram