Philippe Lacheau adapte le héros de son enfance avec Nicky Larson et le parfum de Cupidon

Posté par Rosario Ligammari le 14 Novembre 2019
Fan des années 80 et des années 90, Philippe Lacheau n'a cessé de rendre hommage à ces deux décennies. Avec Nicky Larson et le parfum de Cupidon, le réalisateur et acteur adapte carrément le célèbre dessin animé japonais des 90's. On sent qu'il s'est amusé comme un enfant.
Un rêve d'enfant pour Philippe Lacheau

Depuis le début, Philippe Lacheau s'est rapproché des héros de sa jeunesse. Il adore la troupe du Splendid ? Il a joué dans leur théâtre avec sa bande, la Bande à Fifi (le spectacle Qui a tué le mort ? en 2008). Les Nuls figurent très haut dans son panthéon d'humoristes ? Le même spectacle a été produit par Dominique Farrugia. Il voue un culte aux Inconnus ? Il a dirigé Didier Bourdon dans Alibi.com (2017). Les exemples ne manquent pas. Un autre vient s'ajouter à la liste. En réalisant – et en interprétant – Nicky Larson, un héros fictif cette fois-ci, c'est avant tout un rêve d'enfant qu'il réalise.

Au même titre que ses fidèles camarades Élodie Fontan, Tarek Boudali et Julien Arruti, Philippe Lacheau est un « enfant de la pop », de cette culture de l'animation et du jeu vidéo, qui renvoie à... l'enfance. En plus des influences précitées, on connaît sa passion pour le Club Dorothée, donc pour les dessins animés japonais tirés de mangas.

Un film de fan de mangas

Dans Alibi.com, « Fifi » faisait beaucoup allusion aux années 80 : on y voyait un flipper ; on y entendait la bande originale de Top Gun ; son personnage était fan du Jean-Claude Van Damme de cette période… Avec Nicky Larson et le parfum de Cupidon, place aux années 90. A la base un manga, Nicky Larson est aussi un célèbre dessin animé de cette décennie : la première diffusion en France remonte à... 1990.

De la saga Baby Cart à Tokyo Tribe (Sono Sion, 2015) en passant par Ghost In The Shell (Rupert Sanders, 2017), plusieurs mangas ont été adapté en films. Même Old Boy (Park Chan-Wook, 2004), l'un des représentants majeur du polar coréen, est tiré d'un manga. Nicky Larson par  Philippe Lacheau, c'est de la comédie d'action pour fans et profanes, avec ses effets spéciaux délirants et tous les codes du genre. Et, en prime, une histoire originale, celle du garde du corps et détective Nicky Larson partant à la recherche d'un parfum qui rendrait irrésistible. Il y en a un qui aurait particulièrement adoré cette adaptation : Tsukasa Hōjō, créateur de City Hunter, le manga dont Nicky Larson est tiré.

 

Et une comédie à la Fifi

En plus du garde du corps et détective Nicky Larson, il y a dans le film une multitude de clins d’œil à des mangas adaptés en dessins animés : Captain Tsubasa, Rémi sans famille, Le Collège fou fou fou, Ken Le Survivant ou encore bien sûr Dragon Ball Z. Pamela Anderson – en tant que symbole de cette culture 90 – joue dans le film.

Philippe Lacheau est connu pour son cinéma qui va droit au but ; ses films ont toujours un rythme à couper le souffle, il n'y a pas de place pour les temps mort – ce qui coule de source de la part d'un fan de Francis Veber –, les dialogues y sont efficaces, il y a beaucoup de gags visuels. Ce dernier point les fait ressembler parfois à des bandes dessinées ou à des films d'animation – voire, pourquoi pas, à des mangas. Nicky Larson est donc une suite logique pour Philippe Lacheau – un film fait pour lui. Et pour les spectateurs (mention spéciale à la génération 90), une Madeleine de Proust, ou plutôt un paquet de bonbons avec un goût de nostalgie.

Nicky Larson, disponible dès le 15/11 sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram