Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

SOL : une comédie dramatique poignante sur l’importance de la transmission familiale

Posté par Kevin Romanet le 15 décembre 2020
Chantal Lauby et Camille Chamoux interprètent une mère et sa belle-fille en deuil qui apprennent à s’apprivoiser dans SOL. Un film lumineux, à l’image de son titre, pour lequel la réalisatrice Jézabel Marques s’est inspirée de sa propre vie afin d’en tirer un récit universel, drôle et touchant. Dès le 27 décembre sur CANAL+.
Une part autobiographique

Un adage affirme que l’on écrit toujours mieux sur ce que l’on connaît. Pour son premier long-métrage en tant que réalisatrice, Jézabel Marques l’a suivi pour mettre en scène une œuvre emplie de tendresse. Dans SOL, l’excellente Chantal Lauby incarne Solange Corthis, une célèbre interprète de tango qui vit avec le regret d’avoir coupé les ponts avec son fils unique, décédé dans un accident.

De retour à Paris après de nombreuses années passées en Argentine, Sol n’a qu’un objectif : tisser des liens avec Jo, son petit-fils de sept ans. Pour cela, la chanteuse devra d’abord se rapprocher de sa belle-fille Eva, ce qui n’est pas une mince affaire tant les deux femmes ont des caractères opposés…

Jézabel Marques a véritablement découvert sa grand-mère sur la fin de sa vie, ce qui explique le point de départ du scénario de SOL. Leur complicité a mis du temps à voir le jour et à éclipser les tensions. Mais le conflit entre deux générations s’est effacé et a laissé apparaître leurs points communs. 

Des éléments autobiographiques que la réalisatrice a repris dans la comédie dramatique en les transformant, afin de créer un adorable trio qui doit lui aussi passer par de nombreuses étapes pour s’apprivoiser. Car si Solange fait connaissance avec Eva et Jo, le film évoque aussi les retrouvailles entre une mère submergée par le stress quotidien et son fils qui a tant de choses à lui partager, remarquablement interprétés par Camille Chamoux et le jeune Giovanni Pucci.

Une thématique universelle

Avec le court-métrage RENÉE, Jézabel Marques se penchait déjà sur la transmission familiale, thème qui constitue le cœur de SOL et qui est souvent convoqué au cinéma. Henry Fonda s’est par exemple réconcilié - à l’écran comme dans la vie - avec sa fille Jane grâce à LA MAISON DU LAC, sous le regard bienveillant de Katharine Hepburn. Dans THE DESCENDANTS, George Clooney essaie lui aussi de se rapprocher de ses deux filles, avec plus ou moins de réussite, dans les paysages paradisiaques d’Hawaï.

Ces dernières années, Xavier Dolan est l’un des réalisateurs qui s’est le plus penché sur cette thématique universelle, à travers J’AI TUÉ MA MÈRE, MOMMY ou JUSTE LA FIN DU MONDE. Si SOL comporte son lot de scènes chargées émotionnellement et confronte ses personnages au deuil d’un fils, d’un époux et d’un père, il se veut néanmoins plus léger que les œuvres du cinéaste canadien.

Les différences entre Chantal Lauby et Camille Chamoux donnent par exemple naissance à des dialogues savoureux, au même titre que l’impertinence et la franchise du jeune Giovanni Pucci. Ces trois générations d’acteurs passent de la gravité au rire avec une véritable facilité et portent ainsi parfaitement les nuances du long-métrage. La légèreté se ressent également dans les airs de tango qui traversent le film, à l’image du thème Fumando espero, que la grand-mère de Jézabel Marques chantait toujours.

SOL, dès le 27 décembre sur CANAL+

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram