Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

TALKING ABOUT TREES : pourquoi il faut retourner au cinéma dès qu'on pourra

Posté par Philippe Coussin-Grudzinski le 4 décembre 2020
Dans TALKING ABOUT TREES, Suhaib Gasmelbari nous raconte une histoire qui va vous toucher, forcément. Ibrahim, Suleiman, Manar et Altayeb, quatre vieux potes cinéphiles, se mettent en tête de rouvrir une salle de cinéma dans une ville du Soudan où les salles semblent fermées pour toujours, juste pour un soir, juste pour un film, juste pour une séance.

La façon qu'ils ont de vouloir à tout prix remontrer un film sur grand écran à leurs concitoyens, simplement pour l'amour de l'art, simplement pour l'amour du partage, est en soi un bijou. Toute leur aventure est ultra artisanale, de la préparation de la salle au sondage qui déterminera quel film sera projeté : ici, on ne fait pas appel à une équipe logistique, on brosse le mur blanc qui sert d'écran soi-même et on fait sa petite enquête d'opinion directement à la sortie d'un match de foot, avec du papier et des stylos, plutôt que sur Internet. Il faut voir aussi tous les détournements que notre petit groupe d'amis essaie de mettre en place au sujet des demandes d'autorisation au gouvernement, qui voit d'un très mauvais oeil la tenue d'un événement de la sorte, parce qu'il risque de porter atteinte aux bonnes moeurs, voire, folie, de créer une forme de rébellion dans un pays où les Présidents sont élus avec 95% des voix. 

Evidemment, on pourrait se contenter de vous dire ça, de vous dire que le film est une vraie pépite, juste parce que c'est vrai. On pourrait se contenter de vous dire que le réalisateur excelle dans le registre de la trouvaille créative géniale faute de budget. Mais, dans un contexte sanitaire inédit, où il n'est plus possible d'aller au cinéma comme on veut, voire d'aller au cinéma tout court, on a un peu envie de vous dire que ce film est une invitation à user et abuser des salles de cinéma dès qu'on pourra, parce qu'il y a des pays, comme le Soudan, où le cinéma ne fait plus du tout partie du champ des possibles. Jamais. Covid ou pas. 

Alors, le 15 décembre, si tout va bien, allez dans les salles de cinéma. Vous verrez, même votre voisin de siège qui farfouille un peu trop fort dans son pop-corn vous aura manqué. Tant rien ne remplace le cinéma, que ce soit pour rêver, rire, pleurer, s'aimer, réfléchir, séparément, les cinq à la fois, comme vous voulez, ou juste comme ça, parce que vous ne saviez pas quoi faire et que vous aviez envie de vous raconter une autre histoire que la vôtre. Pour tout ça, le 15 décembre, retournez au cinéma. Pour Ibrahim, Suleiman, Manar, Altayeb et tous les cinéphiles du monde qui n'ont pas le luxe d'avoir le choix. 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram