Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

THE NEST : la folie des grandeurs destructrice de Jude Law

Récompensé au Festival de Deauville et acclamé par la presse américaine, THE NEST est la nouvelle réussite du réalisateur de MARTHA MARCY MAY MARLENE. Dans ce drame, Jude Law et Carrie Coon livrent deux performances incroyables dans les rôles de parents dépassés par leur train de vie.
Posté par Kevin Romanet le 4 février 2021
THE NEST : le meilleur rôle de Jude Law ?

Après avoir brillé dans les séries THE NEW POPE et THE THIRD DAY, Jude Law est de retour avec THE NEST. Dans le deuxième long-métrage de Sean Durkin, réalisateur de l’excellent MARTHA MARCY MAY MARLENE, le comédien prête ses traits à un père aimant et homme d’affaires à qui tout sourit. Du moins en apparence.

Courtier britannique ayant fait fortune à New York, Rory propose à son épouse Allison et leurs deux enfants de quitter les États-Unis pour s’installer dans un somptueux manoir anglais. Convaincu qu’il réussira des opérations financières dans son pays natal, il s’endette et mène un train de vie fastueux. Tandis que ses proches ont bien du mal à s’acclimater à leur nouvel environnement, ses projets n’aboutissent pas. Ses échecs marquent le début d’une scission au sein de la famille.

L’autopsie que Sean Durkin fait d’un bourgeois frustré dans les années 80 n’est pas sans rappeler certaines œuvres de Joseph Losey, à commencer par ACCIDENT, où le récit tourne aussi autour d’une vaste demeure anglaise. Alors que son prédécesseur pouvait compter sur son acteur fétiche Dirk Bogarde pour personnifier les faux-semblants et les mensonges, le cinéaste bénéficie quant à lui de la présence de Jude Law. Dans le rôle d’un homme qui a surmonté sa condition précaire et qui se retrouve piégé par ses considérations matérielles, le comédien est bluffant. Il retranscrit à merveille le besoin de briller en société de Rory, ainsi que l’impuissance avec laquelle il voit sa famille se déliter.

Face à lui, Carrie Coon est tout aussi impressionnante. L’actrice révélée par THE LEFTOVERS offre au film de sublimes moments de lâcher-prise, s’imposant comme un contre-pied idéal au contrôle permanent de Jude Law. Les moments d’incompréhension de leurs personnages évoquent ceux de Kate Winslet et Leonardo DiCaprio dans LES NOCES REBELLES, autre drame où un couple se retrouve étouffé par la pression sociale.

La presse américaine séduite

Présenté à Sundance en 2020, THE NEST a triomphé en septembre dernier au Festival du cinéma américain de Deauville. Le long-métrage a été récompensé par le Grand Prix, le Prix de la Critique internationale et le Prix de la Révélation. Outre-Atlantique, la maîtrise de Sean Durkin a conquis la presse.

Pour The Playlist, le film bénéficie « d’un équilibre et d’une maturité remarquables ». THE NEST est « élégamment construit et composé avec précision », selon la version américaine de The Guardian. The Hollywood Reporter assure que le drame « reste longtemps en mémoire après le générique final ». Enfin, Variety met en avant le fait qu’il s’attarde sur des subtilités du mariage rarement évoquées au cinéma, comme la scolarité des enfants et la difficulté à trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle. Le magazine salue également l’audace du réalisateur pour avoir évité un happy end.

L’ultime plan de THE NEST résume d’ailleurs à lui seul tout le talent de Sean Durkin et de ses comédiens. Dénué de dialogues et d’une violence sourde, il synthétise parfaitement les conséquences des dérives du personnage incarné par Jude Law. Une conclusion qui devrait, effectivement, rester longtemps en mémoire.

THE NEST, sur Canal+ dès le 9 février

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram