Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

THE PROFESSOR AND THE MADMAN : Mel Gibson et Sean Penn, un duo inédit

Posté par Alexis Lebrun le 22 mars 2021
Après avoir vu sa sortie retardée de plusieurs années en raison d’une production chaotique, ce film historique qui associe deux des plus grandes stars des dernières décennies est enfin visible en France.
Travail de titan

Les deux personnages principaux de THE PROFESSOR AND THE MADMAN sont méconnus, alors qu’ils ont apporté une contribution décisive à un projet titanesque et historique : l’élaboration de la première édition de l’Oxford English Dictionary, un dictionnaire devenu depuis longtemps une référence dans le monde entier. Publié pour la première fois en 1928, ce dico a nécessité des décennies de travail, et ce sont deux de ces héros de l’ombre que le film met en avant. En 1878, l’autodidacte James Murray (Mel Gibson) se retrouve à la tête de ce projet pour lequel il doit répertorier des milliers de mots en ajoutant une grande quantité d’informations à chaque fois (histoire, exemples dans des livres, nuances…). Mais malgré sa connaissance hors du commun des langues, le manque de bras le fait sérieusement patauger. Il lance alors un appel pour que le public lui envoie par courrier un maximum de contributions.

Coup de bol, son message arrive dans les mains de William Chester Minor (Sean Penn), un ancien médecin militaire traumatisé par la guerre de Sécession, et qui est interné dans un hôpital psychiatrique après avoir tué un homme au cours d’une crise de folie, et avoir été déclaré « fou » (madman) par la justice lors de son procès. Mais William Chester Minor n’est pas seulement paranoïaque, c’est aussi une sorte de surdoué qui se prend de passion pour le projet de Murray, et qui lui envoie donc des milliers de fiches depuis son asile pendant des années, au point de devenir le deuxième contributeur le plus important du dictionnaire. Une amitié naît entre ces deux hommes aux histoires opposées, mais qui partagent une même passion, et c’est cette histoire ainsi que la rédemption d’un meurtrier que le film raconte, grâce au duo formé par Mel Gibson et Sean Penn, deux acteurs dont le contraste dans le jeu colle parfaitement aux personnages qu’ils incarnent respectivement.

Le Fou et le Professeur

Le scénario du film est en réalité une adaptation d’un livre publié en 1998 par le célèbre journaliste et écrivain britannique Simon Winchester : LE FOU ET LE PROFESSEUR. Fan revendiqué du travail de recherche très fouillé de l’auteur, Mel Gibson achète les droits pour l’adapter au cinéma dès l’année suivante, mais il a eu besoin de près de vingt ans pour concrétiser le projet en tant que producteur. Il lui fallait trouver l’acteur idéal pour incarner William Chester Minor et partager l’écran avec lui dans le film, ce que Sean Penn fait pour la première fois. On retrouve aussi au casting l’actrice Natalie Dormer, révélée par la série GAME OF THRONES (OCS), et l’excellent Steve Coogan, qui fut notamment un des rôles principaux d'un autre film d'époque, MARIE-ANTOINETTE (Sofia Coppola, 2006).

Derrière la caméra, on trouve en revanche un proche de Mel Gibson, l’irano-américain Farhad Safinia, dont c’est le premier film en tant que réalisateur. On le connaissait auparavant en tant que scénariste, puisqu’il avait déjà coécrit un film réalisé par Gibson, le très clivant APOCALYPTO (2006), qui s’intéressait au crépuscule de la civilisation maya. Quelques années plus tard, on a retrouvé Safinia à la télévision, où il a créé la série politique BOSS (2011-2012), dont il était également scénariste et producteur. Il a déclaré en interview avoir passé douze ans à travailler sur THE PROFESSOR AND THE MADMAN, dont la sortie a ensuite été compliquée par une bataille juridique puis par l’épidémie de Covid-19.

Mel Gibson et Sean Penn, étoiles contraires

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en quarante ans de carrière chacun, ces deux monstres sacrés du cinéma américain n’avaient jamais collaboré avant THE PROFESSOR AND THE MADMAN. Pourtant, au-delà de leur appartenance à la même génération d’acteurs – Sean Penn a 60 ans et Mel Gibson 65 –, ils ont quelques points communs. Le premier – et le plus important – est sans doute le fait qu’ils sont tous les deux passés avec succès à la réalisation, et ce quasiment au même moment. Pour Sean Penn, cela a commencé avec THE INDIAN RUNNER en 1991. Deux ans plus tard, Mel Gibson jouera lui dans son premier film en tant que réalisateur, L’HOMME SANS VISAGE (1993). L’acteur révélé dans le film australien MAD MAX (George Miller, 1979) n’attendra pas longtemps avant de connaître tous les honneurs derrière la caméra, puisqu’en 1995, il fait un carton au box-office avec BRAVEHEART, un film historique dans lequel il joue aussi le personnage principal, un héros de l’indépendance écossaise. BRAVEHEART remporte aussi un doublé très prestigieux aux Oscars : meilleur film et meilleur réalisateur, alors que Sean Penn devra lui attendre 2007 et la sortie du film INTO THE WILD pour rencontrer un incontestable succès public et critique en tant que réalisateur.

En 2016, après avoir passé tous les deux dix ans sans rien réaliser, les courbes de Sean Penn et Mel Gibson se croisent : le premier sort THE LAST FACE, un film qui fait un bide retentissant, tandis que le second revient au premier plan avec TU NE TUERAS POINT, un film de guerre qui remporte l’adhésion du public, ainsi qu’une flopée de récompenses, dont deux Oscars. Avant cela, Sean Penn et Mel Gibson ont aussi entretenu une passion commune : déclencher des polémiques, même s’ils sont opposés sur l’échiquier politique – Gibson est aussi conservateur que Penn est progressiste. On a souvent pu le vérifier lors de déclarations publiques, mais parfois aussi dans leurs films. Avec LA PASSION DU CHRIST (2004), Mel Gibson a ainsi déclenché l’un des plus gros scandales cinématographiques des dernières années : le succès record du film au box-office n’a d’égal que le nombre de controverses dont il est à l’origine. Cela étant, Mel Gibson fut à un moment l’un des acteurs les mieux payés du monde – car parmi les plus rentables au box-office – alors que Sean Penn a toujours cultivé une image d’acteur engagé, ayant tourné avec d’innombrables grands noms du cinéma mondial, ce qui lui a rapporté deux Oscars du meilleur acteur, pour MYSTIC RIVER (Clint Eastwood, 2003) et HARVEY MILK (Gus Van Sant, 2009). Le fait que deux acteurs aussi différents collaborent pour la première fois aujourd’hui à 60 ans passés devrait nous redonner un peu d’espoir pour l’avenir, non ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram