Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

"Venise n'est pas en Italie" mais elle est partout au cinéma

Posté par Rosario Ligammari le 23 Mars 2020
En plus de rire de bon cœur, le film Venise n'est pas en Italie est une nouvelle occasion de voir la Reine de l'Adriatique briller à l'écran. Et pour nous de faire un zoom sur les liens entre cette ville grandiose et le septième art.
Que c'est joyeux Venise

« Que c'est triste Venise au temps des amours mortes » chantait Charles Aznavour. Dans Venise n'est pas en Italie (Ivan Calbérac, 2019) – qui cite non pas les paroles d'Aznavour mais celles de Serge Reggiani – c'est tout sauf triste. Le pitch ? Émile est heureux quand Pauline, une fille du lycée dont il est amoureux, l'invite en vacances à Venise ; le problème, c'est que ses parents décident de l'accompagner.

Ivan Calbérac adapte son roman (sorti en 2015) qu'il a depuis transposé au théâtre. Au cinéma, cela donne un feel good movie sur la route à la Little Miss Sunshine (Jonathan Dayton et Valerie Faris, 2006) qui vaut le détour. Un voyage en voiture avec des parents farfelus interprétés par le couple Benoît Poelvoorde Valérie Bonneton.

Venise, ville d'amour et d'eau fraîche

« A Venise, c'est un décor tellement sublime qu'il n'y avait pas grand-chose à faire » raconte le réalisateur. Car oui : Venise constitue un cadre idéal autant pour la littérature que pour le cinéma. George Sand et Alfred de Musset y séjournèrent : le film Les Enfants du siècle (Diane Kurys, 1999) retranscrit la relation tumultueuse entre les deux amants dans la ville.

En plus de Louis Aragon ou de Marcel Proust, pour ne citer que ces exemples d'écrivains passionnés par la Cité des Dosges, on peut citer Thomas Mann. Auteur de La Mort à Venise (1912), sa nouvelle a par ailleurs inspiré Luchino Visconti pour son film éponyme sorti en 1971. William Shakespeare était lui aussi fasciné par la Sérénissime ; d'ailleurs tous les Othello du siècle dernier ont été tourné là-bas – qu'il s'agisse de la version d'Orson Welles de 1951 ou de celle de Franco Zeffirelli datant de 1986.

Décor idéal de tous les genres de cinéma

En plus de son célèbre festival la Mostra de Venise, beaucoup de réalisateurs ont tourné à Venezia, comme s'il s'agissait d'un personnage à part entière ou d'un décor propice à une atmosphère envoûtante ; qu'elle soit romantique comme Vacances à Venise (David Lean, 1955) ou même érotique avec la spécialiste en la matière Tinto Brass et son film La Clef (1983).

Venise a encore servi de cadre idéal pour des comédies, du Guignolo (George Lautner, 1980) à Ma femme s'appelle Maurice (Jean-Marie Poiré, 2002). N'oublions pas les films d'aventure : Indiana Jones, dans La Dernière Croisade (Steven Spielberg, 1989), fait un détour par Venise ; James Bond y apparaît lors de son retour fracassant avec Casino Royale (Martin Campbell, 2006) ; ou encore L'homme-araignée dans Spider-Man : Far From Home (Jon Watts, 2019).

Si Venise n'est pas en Italie, elle est définitivement omniprésente au cinéma.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez CANAL+ Cinéma  sur :

Facebook

Twitter

Instagram