Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Akashinga, ces femmes rangers d’élite qui luttent contre les braconniers

Elles sont les soldates de la guerre de l’ivoire. Des combattantes surentraînées, qui font partie de l’unité féminine d’élite Akashinga. Ce contingent spécial lutte contre les braconniers et leurs terribles exactions (on estime que 20 000 à 30 000 éléphants sont tués chaque année), hélas particulièrement actifs au Zimbabwe.

Ce court métrage documentaire événement, Akashinga : La guerre de l’ivoire, produit par James Cameron pour National Geographic et réalisé par Maria Wilhelm, directrice générale de l’Avatar Alliance Foundation, suit ces femmes d’exception.

Dans l’immense réserve communale de Phundundu (1800 km2 de brousse), au sein de la vallée du Zambezi, sur les 500 nouvelles recrues qui postulent pour être Akashinga, seulement 82 seront sélectionnées par Petronella Chigumbura.

Cheveux ras, tenue de camouflage et regard déterminé : les photos de la jeune ranger ont déjà fait le tour du monde. Rapidement, celle-ci a grimpé les échelons, s’imposant comme « une recrue hors pair » selon Damien Mander, ancien soldat des forces spéciales australienne qui forme aujourd’hui les gardes.

Lequel ne leur fait pas de cadeau… Dans le court métrage, on assiste à leur difficile entraînement militaire, qui privilégie le travail d’équipe avant tout. Les soumettant aux « quatre piliers de la souffrance (faim, froid, fatigue, humidité) », le sniper les « pousse à bout psychologiquement et physiquement » et leur apprend à être agressives quand elles se retrouveront face aux braconniers, surarmés et prêts à tout.

À tout moment, elles peuvent être tuées en tentant de protéger les éléphants, rhinocéros, léopards et autres animaux. « C’est l’un des jobs les plus dangereux du monde », confirme Damien Mander. Pas étonnant qu’« Akashinga » veuille dire « courageuse »…

Ces femmes, majoritairement issues de milieux défavorisés, à l’histoire difficile (mariées à des hommes violents par exemple), forment désormais un groupe soudé et solidaire.

Peu à peu, celles-ci s’émancipent et prennent confiance en elles grâce à leur emploi. « Nous sommes comme des sœurs », dit Petronella Chigumbura. Une incroyable famille à découvrir dès maintenant.

Akashinga : La guerre de l’ivoire, Documentaire, 13 minutes, à voir sur National Geographic.