Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Apocalypse Nolan, pour vous y retrouver dans l’espace-temps du réalisateur

On s’est tous, à un moment, retrouvés démunis face à un film de Christopher Nolan (Memento, Inception, Interstellar, Tenet…). Le cinéaste britannico-américain a l’art et la manière de perdre le spectateur dans ses intrigues labyrinthiques, à l’espace-temps mouvementé.

Et si, pourtant, ses longs métrages nous parlaient de notre avenir, plutôt sombre ? Et surtout, de notre présent, comme une sorte de mise en garde ?

Le documentaire français Apocalypse Nolan, réalisé par Thibaut Bertrand, revient, dans une mise en scène très « nolanienne », sur l’œuvre passionnante de ce réalisateur qui compte aujourd’hui parmi les plus influents du monde.

En interrogeant des collaborateurs et universitaires qui se sont penchés sur celle-ci. Et en la mettant en perspective avec la drôle de situation dans laquelle nous sommes depuis plus d’un an : une pandémie mondiale, qui n’aurait pas dépareillé dans un film de science-fiction.

Le critique Tom Shone, auteur de The Nolan Variations : The Movies, Mysteries, and Marvels of Christopher Nolan, le note d’ailleurs, en parlant des mois d’inquiétant flottement du premier confinement, avec ses rues désertes et son temps qui semblait s’éterniser. « Où ai-je déjà ressenti ça ? Dans un film de Nolan… »

« Tous les films de Nolan parlent du moment où le cours normal des choses est interrompu, abonde le professeur Todd McGowan. D’une façon, les films de Nolan nous ont préparés à la pandémie. »

Car le réalisateur n’aime rien tant que jouer avec le temps, qui semble l’obséder. Une matière élastique qui se prête à toutes ses fantaisies scénaristiques. Comme dans Tenet et son renversement temporel ébouriffant, ou Interstellar et sa bouleversant dilatation du temps.

Ou même, dans son premier film Following, où ses personnages se trouvaient déjà pressés par la montre. Mais où va-t-il chercher tout ça ? Est-ce crédible scientifiquement ?

Le physicien Kip Thorne, prix Nobel, qui a participé au scénario d’Interstellar, raconte dans le documentaire qu’il échange fréquemment avec Nolan sur ces sujets. Et que le réalisateur soulève, dans ses films, des questions que les scientifiques eux-mêmes ne s’étaient pas posé.

Par exemple, que se passerait-il si une personne reculait dans le temps, tandis que d’autres, dans la même pièce, avançaient normalement ?

En analysant le sous-texte politique de ses films, ses thèmes de prédilection, influences et obsessions (la fin du monde, le chaos, le rêve, la science…), ces spécialistes éclairent l’œuvre complexe d’un cinéaste humaniste. Décidément en phase avec son temps, bien qu’il ne possède même pas de téléphone portable…

Apocalypse Nolan, Documentaire de Thibaut Bertrand, 53 minutes, à voir en ce moment sur CANAL+.