Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Appel en PCV, le combat d’un père pour comprendre pourquoi son fils a tenté de rejoindre Daesh

En 2014, puis de nouveau en 2015, Zacharia Abdurahman, un jeune homme sans histoires de même pas 20 ans, qui a grandi à Minneapolis (Minnesota) dans une famille aimante, tente de rejoindre les rangs de Daesh en Syrie. Depuis, il purge une peine de dix ans de prison. Son père Yusuf, abasourdi, essaie de comprendre…

C’est cette histoire que raconte pudiquement Appel en PCV d’Eunice Lau, celle d’une famille qui reste joyeuse et unie malgré tout, continue de vivre, de faire du patin à roulettes et de la luge, sans oublier ce fils qui était jadis le pilier de la fratrie.

Yusuf Abdurahman a fui son pays, la Somalie, lorsque la guerre civile a éclaté au début des années 1990. Arrivé à Minneapolis (qui compte depuis la plus grande communauté somalienne du pays, en majorité musulmane), il a perfectionné son anglais, trouvé un travail de traducteur et interprète dans une école, s’est marié et a fondé une famille nombreuse, dont Zacharia est l’aîné.

Son père lui a toujours répété qu’il pouvait tout faire, y compris président. Petit, Zacharia, bon élève, se voit bien archéologue ou astronaute. Quand ses parents divorcent, le garçon prend tout en charge. Lui qui se décrit comme un « fils à maman » aide ses six frères et sœurs pour leurs devoirs, se montre toujours « doux et gentil », selon ses proches.

Alors, qu’est-ce qui a poussé cet adolescent « privilégié » selon son père, plein de potentiel, dans les griffes de Daesh, s’interroge celui-ci, « en colère » contre ce fils dont il ne reconnaît plus les agissements ?

« Quand j’entends les enregistrements du FBI, ce n’est pas toi », lui dit celui-ci au téléphone, durant leurs longues conversations, l’un chez lui à Minneapolis, l’autre en prison. « Rejoindre les djihadistes m’a procuré une joie et un sens à ma vie que je n’avais pas », dit Zacharia, qui aujourd’hui, semble avoir pris beaucoup de recul. « Pour moi, c’était une révolution. Je me disais que tu ne pouvais pas comprendre. »

Au contraire, loin de se fermer, le père, d’obédience soufie, fait tout pour entrer dans la tête de son fils et remonter le fil. Il l’interroge sur ses motivations. Les livres religieux qu’il lisait. Son enfance. Prend des notes. Se rend dans les moquées qu’il fréquentait. Rencontre un informateur du FBI qui l’a connu.

Et découvre peu à peu la nébuleuse de raisons, diverses, qui ont poussé son fils dans cette voie. À travers le regard de ce père et de ses enfants, en particulier Ikraan, jeune femme aussi solaire que révoltée qui milite contre le décret controversé anti-immigration de Donald Trump, on suit l’histoire compliquée de cette famille, évoquant en filigrane le racisme et les préjugés dont est victime la communauté somalienne aux États-Unis.

Un documentaire émouvant sur les liens familiaux et éclairant, qui raconte aussi l’Amérique d’aujourd’hui.

Appel en PCV, Documentaire, 81 minutes, disponible sur PLANÈTE+ CI.