Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Au Cap, le cirque social Zip Zap fait le show

Ils jonglent, virevoltent sur des trapèzes ou des mâts chinois. Ils sont jeunes, petits ou grands, de toutes origines. Leur point commun : ils font partie du Zip Zap Circus, une école de cirque pas comme les autres, installée au Cap, en Afrique du Sud.

Fondé dans la « nation arc-en-ciel » en 1992, juste après l’abolition des dernières lois de l’apartheid (1991) et avant l’élection du président Nelson Mandela (1994), ce cirque social a pour objectif de rassembler, en contribuant à « créer une nouvelle culture de coexistence pacifique en Afrique du Sud ».

Un pari ambitieux dans le contexte du début des années 1990. Il n’existe alors qu’une poignée de cirques sociaux dans le monde. Aujourd’hui, le Zip Zap, qui forme 2000 enfants, a fait de nombreux émules à l’international.

« L’ambiance était très tendue à l’époque », se souvient Brent van Rensburg dans le documentaire.

C’est cet artiste de cirque né au Cap qui a créé l’école avec son épouse Laurence Estève (également artiste). Avec de petits moyens au départ, mais de grandes ambitions, le couple s’est démené pour que les jeunes, pour la plupart issus de quartiers défavorisés, prennent confiance en eux, puis leur envol.

« Nous voulions créer un espace où tous les enfants sont bienvenus. Une fois qu’ils sont ici, ils sont égaux. C’est à eux de créer ce qu’ils veulent devenir », raconte Laurence Estève dans Oser son rêve, Zip Zap Circus.

Les artistes en herbe qui rejoignent le cirque, eux, sont conscients de cette opportunité. Aviwe, 23 ans, a grandi à Khayelitsha, un des plus grands townships du pays, près du Cap, à la communauté majoritairement noire.

Entre deux roues acrobatiques, il décrit un environnement violent, avec une criminalité élevée. « Les enfants restent des enfants mais avec un guide, quelqu’un qui sait reconnaître leur passion et leur talent, on peut les sortir de la misère », explique-t-il.

Ceux-ci sont très motivés, ne ratant leur entraînement pour rien au monde. « C’est super qu’ils inspirent ces enfants, mettent en place toutes ces choses pour faire partager les arts du cirque », dit une ado.

Comme les autres, au-delà du maniement du vélo à une roue ou du jonglage, elle apprend également à grandir. « Avoir un bon esprit, être fort dans sa tête, fort dans son corps », résume un des ses camarades.

Autant de qualités qui vont les aider à préparer le spectacle le plus ambitieux du cirque : l’ouverture du Match for Africa, au Cape Town Stadium, le 7 février 2020.

Un match d’exhibition opposant Roger Federer et Rafael Nadal, rassemblant plus de 50 000 personnes (sans compter les téléspectateurs).

Un an durant, jusqu’au jour J, la réalisatrice Kate Thompson-Gorry a suivi les préparatifs de ce show hors normes, aux côtés des circassiens surmotivés, et recueilli leurs confidences.

Un film émouvant sur une troupe très attachante et passionnée, qui a osé y croire.

Oser son rêve, Zip Zap Circus, Documentaire, 1h29, à voir sur CANAL+ FAMILY dès le 4 février.