Comment Fox News, la chaine super conservatrice, a préfiguré le scandale #MeToo

On en a peu entendu parler en France, mais un an avant l’affaire Harvey Weinstein, un autre scandale sexuel a éclaté : celui de Fox News. Une affaire, racontée dans le documentaire Diviser pour mieux régner : la vie de Roger Ailes (déjà disponible sur myCANAL), qui a aussi inspiré la fiction.

« Vous savez, chez Fox News, la beauté, ce n’est pas que le buste et le visage. (…) Levez-vous et faites un tour sur vous-même. »

Dans Diviser pour mieux régner…, la journaliste Lidia Curanaj raconte un entretien d’embauche avec Roger Ailes, le patron de Fox News, alors qu’elle commençait sa carrière.

Comme on va le voir dans le documentaire, ce témoignage est loin d’être le plus dérangeant.

Mais les femmes qui auraient le plus souffert de l’attitude du PDG, ce sont ses propres journalistes, surveillées et constamment sursexualisées (il contrôle jusqu’à la longueur de leurs jupes).

La première riposte est venue en juillet 2016, d’un des visages les plus connus de la chaîne, Gretchen Carlson. Cette ancienne Miss America a accusé Fox News d’être un « boy’s club » et son patron, un « serial harceleur ».

Elle dit avoir été écartée de l’antenne après avoir refusé les avances sexuelles de Roger Ailes, qui dément. 

Tandis que la présentatrice devient un symbole de la résistance face au harcèlement sexuel au travail, de nombreuses collègues lui emboîtent le pas, à l’instar de la commentatrice politique Megyn Kelly, qui raconte sa malheureuse expérience dans son autobiographie.

Pire : on apprend que Roger Ailes, décrit comme un « prédateur », n’aurait pas été le seul. Le présentateur vedette Bill O’Reilly (entre autres) est aussi dans le viseur.

Le New York Times révèle même que la chaîne aurait déboursé 32 millions de dollars pour conclure un accord à l’amiable avec une femme l’accusant de harcèlement sexuel… 
 

Mais les accusatrices de Roger Ailes refusent de vendre leur silence. « Le château de cartes s’est effondré à vitesse grand V », explique l’ancienne présentatrice Alisyn Camerota (photo) dans le documentaire.

Face à la pression, les deux hommes sont poussés vers la sortie – non sans toucher une compensation. Ailes, qui mourra quelques mois après, aurait touché 40 millions de dollars, et O'Reilly, 25 millions.

La chute du magnat conservateur a préfiguré celle d’Harvey Weinstein, et l’émergence du mouvement #MeToo, un an plus tard.

Dans ce contexte, avec une industrie cinématographique qui se débarrasse à peine de ses démons, que la fiction ose s’emparer de cette affaire récente (dans la série The Loudest Voice et le film Scandale) est plutôt un signe encourageant.

Diviser pour mieux régner : la vie de Roger Ailes, Documentaire de 100 minutes, disponible sur myCANAL. 
The Loudest Voice, Série de 7 épisodes de 52 minutes, disponible sur myCANAL.