Bande de skateuses, un docu sur le bouillonnement du skate féminin

Posté par Alexis Lebrun le 29 avril 2022
Réalisé par une habituée des films sur le milieu du skateboard, ce documentaire nous immerge dans une communauté en pleine ébullition, celle des skateuses françaises qui mettent le pied dans la porte d’une discipline encore très masculine.
La révolution des JO de Tokyo

Pour les fans de skate, l’été 2021 a été marquée par une triste nouvelle, l’annulation de la formidable série Betty (OCS), centrée sur des skateuses new-yorkaises qui se font une place dans ce milieu dominé par les hommes depuis toujours. Heureusement, l’été dernier a aussi apporté une petite révolution pour le monde du skate, avec la première apparition de la discipline parmi les sports officiels des Jeux olympiques.

C’est avec cet événement dans sa ligne de mire que la réalisatrice Marion Desquenne a décidé de raconter l’histoire d’un groupe de skateuses françaises, dont plusieurs se préparaient pour tenter de participer aux JO de Tokyo. Et avec ses images léchées de skateuses solidaires, filmées dans les rues et des skateparks très variés pendant la crise sanitaire, le documentaire Bande de skateuses rappelle justement les épisodes de la série déjà culte de Crystal Moselle, et c’est évidemment un compliment. D’autant plus que contrairement à Betty, ici, nous ne sommes pas dans une fiction.

Sept portraits, sept role models féminins

Mais alors qui compose la bande de skateuses de ce film ? En 90 minutes, le documentaire de Marion Desquenne donne la parole à plus d’une dizaine d’entre elles, qui permettent d’avoir une idée de la diversité des parcours que l’on peut suivre quand on est une jeune passionnée de skate. Il y a bien sûr la Parisienne Charlotte Hym, qui impressionne par sa capacité à boucler un doctorat en neurosciences, tout en se qualifiant pour les JO de Tokyo. Elle y était accompagnée par Madeleine Larcheron, plus jeune athlète française en lice au Japon (15 ans !), et spécialiste de ce que l’on appelle le bowl. Mais si les JO de Tokyo ont fait découvrir le skate à un nouveau public, pas question de faire de la compétition l’alpha et l’oméga de la pratique de ce sport né dans la rue, et dont le partage reste l’aspect le plus essentiel.

C’est ce que se dit Shani Bru, la première femme à se retrouver en une du magazine français SuGaR, vingt ans après son lancement, et pour qui la non-qualification aux JO est loin d’être un drame. Jeanne aussi a préféré arrêter la compétition pour vivre pleinement sa passion en l’enseignant à d’autres. Quant à Claire, elle fait figure de pionnière de la bande, puisqu’à ses débuts à la fin des années 1990, les skateuses étaient rarissimes en France. Mais malgré leurs différences, toutes se retrouvent autour d’une passion inusable pour le skate et son esprit de partage et de solidarité, auxquelles les skateuses du documentaire ajoutent une bonne dose de sororité. Ainsi, les plus expérimentées n’hésitent pas à prendre par la main (au sens propre comme au figuré) les plus jeunes, afin de leur donner confiance dans ce milieu toujours très masculin.

Une nouvelle génération en route vers Paris 2024

Car le documentaire le rappelle gentiment, il a longtemps été difficile pour les femmes de se sentir assez légitimes pour se risquer dans des skateparks occupés très majoritairement par des hommes. Certaines des skateuses interviewées le disent : elles ont dû bosser deux fois plus pour être acceptées, alors que les skateurs ne se posent jamais la question de leur légitimité dans ce sport, en raison de l’éducation genrée qu’ils reçoivent et du fait que le skate est perçu comme une pratique masculine depuis sa naissance.

Mais la bonne nouvelle, c’est que les choses commencent à changer, car de plus en plus de femmes de tous les âges se lancent dans le skate. Une réalité incarnée dans le documentaire par les jeunes skateuses Lucie et Louise-Aina, qui accomplissent déjà des prouesses à leur âge et qui pourront se tourner vers les JO de Paris 2024 si elles le souhaitent. À travers le portrait de ces pionnières, Bande de skateuses montre bien qu’avoir des modèles féminins est essentiel pour susciter des vocations. Et nul doute que ce documentaire devrait inciter d’autres femmes à monter sur une planche.

Bande de skateuses, un documentaire disponible sur CANAL+ Kids.