Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches… un documentaire poignant sur le monde agricole

De temps en temps, on les voit au journal télévisé, déverser leur lait, vendu si peu cher, devant les ministères. Mais la plupart du temps, on n’entend ni la colère, ni la détresse de ces agriculteurs laitiers français qui ont bien du mal à joindre les deux bouts.

Rodolphe Marconi, réalisateur notamment de Lagerfeld Confidentiel (2007), a suivi l’un d’eux dans son quotidien, pour son documentaire Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes.

On y découvre l'histoire de Cyrille, un trentenaire d’Auvergne qui, en 2012, a décidé de reprendre l’exploitation familiale. Il a emprunté 200 000 euros pour construire un bâtiment pouvant abriter jusqu’à 35 bovins, acheté dix vaches (dont huit, malades, sont mortes six mois après), et trimé comme un fou.

Chaque jour, week-ends et jours fériés compris, il traie et nourrit ses animaux, les aide à mettre bas, récure l’étable, lave les cuves, va vendre sa production sur les marchés. « Je ne me suis pas versé de salaire depuis que que je suis installé. Je suis tout seul à bosser comme un con », explique ce travailleur acharné, qui se lève à six heures, pour se coucher à minuit, voire une ou deux heures du matin quand il fait le beurre.

Pourtant, l’argent du beurre, Cyrille ne l’a pas. Malgré ses efforts, il ne parvient pas à s’en sortir. Son lait ? Il n’en a pas assez, à cause de la mort de ses huit vaches et du manque d’herbe, et le vend une misère, « 30 centimes d’euros le litre ». Accumule les factures et les dettes. N’a pas les moyens de payer un loyer, et encore moins de prendre ne serait-ce qu’un jour de vacances. « Si je ne vivais pas chez mon père, je ne sais pas comment je ferais. »

Dans ces conditions, difficile d’avoir une vie sentimentale, et même une vie tout court, en dehors de la ferme. Au bord de la faillite, Cyrille fait appel à une association d’aide aux paysans, qui le conseille dans ses démarches. Mais peu à peu, l’étau se resserre.

Cyrille, agriculteur… montre, de manière crue mais sans aucun pathos, une dure réalité, dans la lignée des films Petit paysan (Hubert Charuel, 2017) et Au nom de la terre (Édouard Bergeon, 2019).

Celle d’un monde agricole à bout de souffle, où les problèmes s’accumulent, où les huissiers viennent saisir des voitures, où la solitude est palpable – « Toute la journée, je ne parle qu’à mon chien et à mes vaches », dit le jeune agriculteur.

Cyrille, très attachant, et très attaché à son métier et à ses bêtes, s’est confié sans réserve au réalisateur Rodolphe Marconi, lui laissant filmer son rude quotidien et tous ses déboires, représentatifs de la condition difficile des agriculteurs français.

Une profession qui compte un suicide par jour… Un film pudique et humaniste, en forme de sonnette d’alarme pour le monde agricole.

Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes, Documentaire de Rodolphe Marconi, 1h25, à voir en février sur CANAL+.