Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

De la bavure policière à Black Lives Matter : 16 balles, un documentaire choc et nécessaire

20 octobre 2014, Chicago. Laquan McDonald, un adolescent noir de 17 ans, marche dans la rue, un couteau à la main. Le jeune homme est abattu par les forces de l’ordre devant un Burger King. La presse locale évoque une fusillade « dans les règles » : une balle dans le torse, pour un délinquant qui menaçait des policiers. L’affaire est vite classée.

Seulement, quelque chose ne va pas. D’ailleurs, plus d’une heure de la cassette de vidéosurveillance du fast-food a été effacée, et les témoins n’ont rien vu, selon les rapports de police… « Je savais que quelque chose clochait, mais je pensais qu’on ne pouvait rien faire », dit le révérend Martin Hunter, qui se souvient de son petit-neveu comme d’« un gosse qui aimait faire le pitre ».

Mais grâce à la ténacité d’un journaliste indépendant, Jamie Kalven, le puzzle se met en place. À force d’enquêter, il finit par mettre la main sur le rapport d’autopsie de l’adolescent, qui raconte une histoire bien différente de celle que l’on peut lire dans la presse locale : Laquan a été tué de seize balles, des deux côtés du corps. Ça ne ressemble pas vraiment à de l’autodéfense.

Le reporter, qui sort un article sans équivoque sur le sujet, sait qu’il y a peu de chances qu’un procès se tienne, d’autant plus que la hiérarchie de l’agent Jason Van Dyke, déjà épinglé à plusieurs reprises pour son comportement, semble le protéger. « C’est très dur de faire condamner un policier. Ça n’arrive quasiment jamais », explique la procureur Anita Alvarez.

C’était sans compter sur la jeunesse militante de Chicago, révoltée contre ces policiers qui tuent de jeunes Noirs à travers tout le pays. Alors que l’article de Jamie Kalven circule partout, des manifestations s’organisent, sous la bannière du mouvement émergent Black Lives Matter.

Il existe une vidéo policière de la mort de l’adolescent, et le public demande à la visionner, ce qu’il finira par obtenir. On y voit le jeune homme se faire cribler de balles, une « atrocité gratuite », selon Jamie Kalven. Chicago s’embrase : c’en est trop. À la veille des élections municipales, une tempête médiatique déferle sur la ville. La police tangue, les institutions aussi…

C’est ce long combat pour la vérité et la justice que s’attache à suivre 16 balles. Qui montre un système dans lequel la loi du silence règne, à la fois dans la police et chez les politiques.

Filmé comme un thriller, le documentaire de Rick Rowley donne la parole à tous les protagonistes de l’affaire : témoins (qui finalement ont bien assisté à la scène, mais ont été intimidés), activistes, légistes, magistrats, policiers, politiques, journalistes… jusqu’au procès, et à la condamnation, rarissime, du policier, par un jury majoritairement blanc.

Dans son sillage, beaucoup de têtes tomberont également. De quoi redonner de l’espoir à une nation qui n’est que trop connue pour ses bavures. Et participer à l’émergence de Black Lives Matter, mouvement dont le travail est plus que jamais d’actualité.

16 balles, Documentaire, 95 min, à voir sur PLANÈTE+.