Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Eh oui, les présidents sont peut-être plus drôles que votre tonton qui raconte des blagues

« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromages ? » « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre… »

On se souvient évidemment de ces bons mots prononcés par des présidents français (respectivement Charles de Gaulle et Jacques Chirac).

Si tout le monde connaît le goût de ces deux chefs d’État pour l’humour (chacun dans son style), on ne voit pas forcément tous les présidents de la Ve République comme de joyeux lurons.

Et pourtant, le documentaire Les Présidents et l’humour nous rappelle qu’ils n’étaient pas les derniers pour rigoler. Même ceux que l’on soupçonnait le moins, à commencer par Georges Pompidou.

À la surprise générale, celui-ci, en 1971, produisit pendant ses vacances Girondas, une nouvelle satirique des plus piquantes sur l’esprit soixante-huitard…

Plus surprenant, Valéry Giscard d’Estaing, qui n’a pas vraiment l’image d’un déconneur. Son humour ? Il faut aller le chercher, il est sophistiqué, selon les intervenants interrogés.

Mais ça ne l’empêche pas de balancer des vannes bien senties, dont les meilleures lui vaudront plusieurs récompenses au Prix de l’humour politique. Notamment, à propos du projet de Constitution européenne : « C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit : je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai écrit. »

Son adversaire François Mitterrand, lui, était beaucoup plus incisif, n’hésitant pas à attaquer ses collègues par le versant de l’humour. Et ne manquait pas de sel.

À un journaliste qui l’interroge sur sa capacité à gouverneur après son opération de la prostate, le chef d’État répond : « Je ne pense pas qu’on m’ait enlevé un lobe du cerveau, car ce n’est pas de ce côté-là que ça se passait. » Un esprit vif qui lui vaut d’être le héros du Bébête Show, la grenouille-Dieu Kermitterrand…

Nicolas Sarkozy, lui, a carrément inauguré la « génération des présidents de spectacle », selon le journaliste Nicolas Domenach, avec ses meetings dignes d’un stand-upper, pleins de mimiques et de punchlines féroces.

Le contraire de son successeur François Hollande, sympathique « monsieur petites blagues », mais qui sait aussi se montrer acéré à l’occasion. À une petite fille qui lui dit, au Salon de l’agriculture, qu’elle n’a jamais vu Nicolas Sarkozy, le socialiste lui répond : « Ah bah, tu le verras plus. » L’humour spontané du « président normal » lui jouera cependant des tours.

Une leçon que ne retiendra pas Emmanuel Macron, du moins au début, auteur de traits d’humour anti-politiquement correct à la Michel Audiard, qui souvent se retourneront contre lui.

Depuis, à l’ère des chaînes d’info et des réseaux sociaux, l’humour s’est fait plus discret dans le discours présidentiel. Dommage…

Les Présidents et l’humour, Documentaire, 70 min, à voir sur PLANÈTE+.