Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Elton John : Non censuré. Derrière les paillettes, la vraie vie d’Elton John

Strass, paillettes, champagne et suites royales… On pourrait penser qu’étant une des plus grandes stars de la musique ayant jamais existé (si ce n’est la plus grande star des années 70), Elton John ait la vie la plus glamour qui soit.

Dans le documentaire Elton John : Non censuré, répondant aux questions de l’animateur de la BBC Graham Norton, l’excentrique Britannique prend pourtant un malin plaisir à écorner son mythe, comme dans sa récente autobiographie, Moi.

Se livrant en toute franchise, le chanteur revient sur sa vie, dans ses hauts comme dans ses bas, apportant un complément au biopic Rocketman.

Ses débuts ? Ils sont loin d’être glorieux : avant de connaître un succès monstre aux États-Unis, Reginald Kenneth Dwight se produit en Angleterre dans des pubs miteux, devant un public indifférent voire hostile, qui « se bagarre » et « mange des fish and chips ».

Plus tard, ses concerts géants ne seront pas non plus de tout repos : l’icône pop aux costumes délirants ne nous cache rien de ses déconvenues vestimentaires.

Comme cette fois où, habillé en Donald Duck à Central Park, en 1980, devant des milliers de spectateurs, son séant de canard l’empêche de s’asseoir…

« J’étais coincé derrière un piano. Je n’étais ni Mick Jagger, ni Rod Stewart, ni David Bowie, ni Marc Bolan. J’avais envie d’en mettre plein la vue », concède celui qui ne se voit pas vraiment comme un sex-symbol.

Et qui est également connu pour ses mésaventures capillaires. Évoquant sans tabous ses implants ou postiches (voire « l’écureuil mort » qu’il avait sur la tête à une époque), l’interprète de « Candle in the Wind » a quelques anecdotes pas piquées des hannetons à ce sujet, qu’il partage généreusement, complètement hilare.

Une franchise et un humour piquant qu’il garde pour évoquer les sujets les plus graves, comme ses relations avec ses parents, ses démêlés avec les addictions, ou son cancer de la prostate. En 2017, à Las Vegas, il donne un concert quelques jours après son opération.

Le public l’acclame alors qu’il entre sur scène. « S’ils savaient que je me pisse dessus en ce moment même, ils seraient sûrement moins enthousiastes », commente Sir John. Elton John est un survivant ? Oui, et son sens de l’humour aussi.

Elton John : Non censuré, Documentaire, 57 min, en ce moment sur CANAL+.