Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Et si Winston Churchill et son épouse avaient trouvé la clé du bonheur conjugal ?

« Mon Winston chéri – je dois avouer que j’ai remarqué une détérioration dans votre attitude ; et vous n’êtes plus aussi gentil qu’autrefois. »

Bien avant l’époque de l’hyperconnexion où les couples sont en lien 24 heures sur 24, Clementine et Winston Churchill formaient un duo fusionnel, comme on peut le voir dans l’épisode de la série documentaire À droite sur la photo qui leur est consacré.

Mariés en 1908 (un vrai mariage d’amour, à respectivement 23 et 34 ans, après un coup de foudre lors d’un dîner), les deux tourtereaux ne se sont plus jamais quittés.

Et surtout pas dans les moments difficiles. Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite de la terrible défaite anglaise des Dardanelles (1916), alors Premier lord de l’Amirauté (qui équivaut au ministère français de la Marine), le « lion » s’effondre.

Jugé responsable de ce revers, il est un temps évincé du gouvernement et se réfugie dans l’alcool. Son épouse le soutient du mieux qu’elle peut. 

Ce qu’elle continuera de faire une fois son mari reparti au front. Elle entretient avec lui une abondante correspondance amoureuse (lui donnant du « mon chéri », tandis que Winston lui renvoie du « ma bien-aimée »).

Mais en plus, cette libérale lui dispense ses conseils stratégiques, s’occupe de son image, et même de lui dessiner ses uniformes. « Quand il est devenu Premier ministre, elle était la seule personne à pouvoir lui dire quand il se trompait » révèle Celia Sandys, petite-fille de Winston Churchill.

Si Clementine Churchill n’intervient pas sur les questions militaires, elle évoque les problèmes sociaux, se positionnant par exemple en faveur du droit de vote pour les femmes.

Tout en organisant les cantines destinées aux ouvrières des usines d’armement, et en lui faisant expédier dans les tranchées les bouteilles de cognac et de champagne qu’il lui réclame… 

Mais quand ils se retrouvaient enfin, les Churchill n’étaient pas collés l’un à l’autre : ils font chambre à part. Même en temps de guerre, dans de petits bunkers où il y a à peine la place de mettre un lit. Et si c’était ça, le secret d’un mariage qui dure ?

Série documentaire À droite sur la photo, en ce moment sur PLANÈTE+.