Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Gretchen Carlson, l’Américaine qui fait trembler les auteurs de harcèlement sexuel

Il y a quelques années, personne n’aurait parié que Gretchen Carlson, l’une des présentatrices stars de la chaîne américaine ultra conservatrice Fox News, devienne un porte-voix de la cause féministe.

Ancienne prodige du violon, la Miss America 1989 aux brushings impeccables, chrétienne et originaire du Minnesota, a provoqué un raz de marée sans précédent dans le monde des médias quand elle s’est dressée face à un géant : Roger Ailes, le tout-puissant PDG de Fox News.

En 2016, elle a accusé ce mogul, dans les petits papiers du parti républicain et des présidents, de l’avoir renvoyée après qu’elle a refusé ses avances sexuelles, et a porté plainte. « S’opposer à lui revenait à s’opposer à Goliath », rappelle la journaliste dans le documentaire.

Un scandale qui entraîna la chute du magnat, mais aussi celle d’autres dirigeants de la chaîne, accusés de harcèlement sexuel par pas moins d’une vingtaine de leurs collègues féminines, encouragées par Gretchen Carlson. Et qui a aussi inspiré un film, Bombshell, dans lequel Nicole Kidman interprète le rôle de Carlson.

Mais l’ex-petite chérie de l’Amérique ne n’est pas arrêtée en si bon chemin : désormais, elle se bat pour la cause de toutes les femmes américaines harcelées, et pas seulement dans les hautes sphères.

Dans Gretchen Carlson : Breaking the Silence, on la voit ainsi donner la parole, à travers tout le pays, à celles qui d’habitude n’ont pas voix au chapitre, des employées de fast-food subissant des attouchements en salle de pause aux femmes pompiers brimées dans leur caserne par des collègues bas du front.

Des femmes ayant du mal à boucler leurs fins de mois que leur hiérarchie n’a pas voulu croire, voire complètement ignorées. « J’étais surprise, je pensais que ça n’arrivait qu’aux femmes célèbres », dit une employée de McDonald’s.

« Quand on gagne le salaire minimum, on ne peut pas parler car on a tout à perdre », souligne Gretchen Carlson, qui a rejoint le mouvement Fight For $15, visant à améliorer les conditions de travail des plus pauvres, notamment en augmentant le salaire minimum à 15 dollars de l’heure.

Et n’est pas près de laisser les dirigeants s’en tirer : volontiers incisive, la journaliste, en quête de réponses et de justice, traque les responsables d’entreprises qui refusent, justement, de prendre leurs responsabilités.

Dans toutes ces histoires, ce qui frappe, c’est l’impunité totale dont jouissent les coupables présumés, toujours protégés par une hiérarchie complaisante. Mais la donne pourrait bien changer.

« En prenant la parole, nous affirmons notre pouvoir et ensemble, nous brisons le silence », affirme la pugnace ex-présentatrice. Qui s’y connaît en la matière.

Gretchen Carlson : Breaking the Silence, Documentaire, 79 min, à voir en ce moment sur PLANÈTE+ CI.