Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La Cravate, un documentaire étonnant et atypique dans les coulisses du Front national

À sa sortie début 2020, il a beaucoup fait parler de lui. Et pour cause : ce film français de Mathias Théry et Étienne Chaillou, qui suit un jeune dans les rangs du Front national, emploie un dispositif pour le moins inhabituel pour un documentaire.

L’histoire de Bastien Régnier, 20 ans, est racontée comme un roman d’apprentissage naturaliste du XIXe siècle, au moyen d’un texte en voix off lu sur des images, écrit par les réalisateurs à partir d’entretiens, et soumis à la validation du militant.

Un récit intimiste qui prête des pensées au jeune homme, et que lui-même découvre, relit et commente, face caméra, entre deux séquences filmées sur le terrain. De quoi mieux comprendre, sans doute, la psychologie du protagoniste principal. Pourquoi s’engager dans un parti d’extrême droite quand on a 20 ans ?

Ce Picard aux cheveux ras a pleinement ouvert les portes de sa vie personnelle aux réalisateurs, à un moment où le FN cherchait à tout prix à se « dédiaboliser » aux yeux du public (le parti a été renommé « Rassemblement national » en 2018).

On le suit durant toute la campagne présidentielle de 2017, dans son quotidien, chez lui, au travail au comptoir d’un laser quest, et bien sûr dans la permanence du FN d’Amiens, où il milite alors.

Là, aux côtés de son jeune mentor Éric Richermoz, ce futur cadre potentiel va assimiler les rouages de la politique. Celui qui collait les affiches et distribuait les tracts sur les marchés devra apprendre à s’habiller (troquant le sweatshirt contre la cravate), à parler en public, à se frotter aux huiles du parti, à leur plaire, à être aussi à l’aise qu’eux.

Comme au moment où il aide Florian Philippot, alors numéro 2 du parti, à lancer sa chaîne YouTube depuis le QG parisien. « Quand les gens rient, c’est gagné », lui explique-t-il. Pourtant, ils récolteront un bad buzz

La Cravate raconte cette ascension, entre visite aux côtés de Marine Le Pen au piquet de grève de l’usine Whirlpool, réunions avec les cadres, ivresse des petits cercles dirigeants et vie de tous les jours à la permanence.

Jusqu’à ce que Bastien, pas du sérail, se trouve déçu par le milieu politique, où tout le monde se tire dans les pattes pour servir ses intérêts personnels, comme le constate le militant de la Somme. Et surtout, jusqu’à ce que son passé ne le rattrape.

Un dispositif narratif inédit, pour un film étonnant, qui permet d’entrer (un peu) dans la tête d’un militant du FN. Et qui à aucun moment, ne dit au spectateur quoi penser. Tout en le laissant méditer sur cette conclusion : « C’est une foule de petits soldats sympathiques comme lui qui, partout en Europe et au-delà, fortifiaient les nationalistes du nouveau siècle jusqu’à parfois les mener au pouvoir. »

La Cravate, Film Documentaire en première exclusivité, 1h37, à voir en ce moment sur CANAL+.