Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

La Nuit des survivants, un hommage au 7ème art au temps du Covid

Les cinémas fermés depuis des mois ? Un crève-cœur pour le monde du cinéma, et une situation totalement inédite depuis sa naissance il y a cent vingt-cinq ans. Pour les professionnels, mais aussi pour les cinéphiles, privés de leurs chères salles obscures.

Une communauté fidèle dont fait partie le réalisateur Baptiste Etchegaray, qui signe La Nuit des survivants (clin d’œil à La Nuit des morts-vivants de George Romero).

Un documentaire raconté à la première personne, en hommage au 7e art, sur le cinéma à l’arrêt forcé, à l’heure du Covid. Et en particulier au cinéma d’épouvante : 2020, et ses salles « peuplées de fantômes », a été une année horrifique pour les films.

Une situation insupportable pour tous les amoureux de cinéma, privés du plaisir d’aller se faire une toile, comme certains d’entre eux le racontent avec nostalgie à Baptiste Etchegaray.

Réalisateurs, producteurs, directeurs de salle, attachés de presse, comédiens ou journalistes se sont confiés dans le documentaire. Entre deux extraits de films d’horreur cultes faisant la part belle à la série B, de Suspiria de Dario Argento à L’Étrange Créature du lac noir de Jack Arnold.

Il y a ceux, comme Claude Lelouch, pour qui cette situation est un « cauchemar ». Ceux qui y allaient tous les jours et qui regrettent de manquer la séance de 9h, celle qui nourrissait leur créativité, comme le cinéaste Mikael Buch.

Ceux qui se souviennent du cinéma de leur enfance, avec « les ouvreuses qui nous poursuivaient avec des esquimaux », comme Isabelle Gibbal-Hardy, directrice du Grand Action à Paris.

Tous, à commencer par le réalisateur lui-même, parlent de leur rapport profondément intime au cinéma. D’où vient ce besoin mystérieux de se réfugier dans le noir avec des inconnus ? se demande-t-il.

Celui-ci s’est également intéressé à ceux qui résistent. Comme le collectif parisien de La Clef, qui se bat pour conserver le dernier cinéma associatif de Paris, dans le cinquième arrondissement. Et qui a fait parler de lui pendant le confinement, en diffusant des films d’auteur en extérieur.

Une manière, pour les voisins et les curieux bravant l’interdiction de sortir, de voyager et de rêver à travers les images animées.

Ce que tout le monde a hâte de faire de nouveau, dès que les salles de cinéma rouvriront, enfin. Un film documentaire en forme de manifeste pour le cinéma.

Cinéma 2020 : La nuit des survivants, Documentaire, 52 minutes, à voir en ce moment sur CANAL+.