Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Papa, le doc plein d’amour sur les « fils de » du sport

Posté par Marc Larcher le 21 novembre 2021
En interrogeant les enfants des plus grands sportifs français et leurs parents, ce documentaire révèle les liens extraordinaires qui unissent deux générations de champions.
De Noah à Ntamack, le gratin du sport de haut de niveau

Il y a des noms plus durs à porter que d’autres. C’est du moins ce qu’on croit avant de regarder cet étonnant documentaire qui s’empare d’un sujet méconnu. Qu’est-ce que c’est d’être le fils ou la fille d’un champion ? De ressembler à un visage que tout le monde connaît ? De se lancer éventuellement dans une discipline où un de ses parents a excellé ? De prolonger un mythe ou d’y mettre carrément fin en choisissant une autre voie ? Toutes ces questions ont traversé l’esprit des témoins que les documentaristes Olivier Dacourt et Marc Sauvourel ont rassemblés pour ce film. Ainsi, on fait la connaissance de Joakim Noah, le fils de Yannick, la légende du tennis français, d’Oan Djorkaeff, le rejeton de Youri, le milieu de terrain aux 82 sélections en équipe de France de football, d’Iliana Rupert, fille de Thierry Rupert, pilier de l’équipe de France de basket ou de Romain Ntamack, rugbyman marchant dans les pas de son père, Emile, meilleur marqueur du tournoi des cinq nations de 1999. Ou encore de Giuliano Alesi, fils du champion de Formule 1, vainqueur du Grand prix du Canada. Chacun a trouvé une réponse différente et c’est ce qui fait la richesse de ce documentaire qui prend le temps de recueillir leurs confessions, leurs doutes et leurs certitudes.

Rendre hommage au père défunt ou dépasser son palmarès

Ainsi Joakim, élevé à New York, loin des exploits de son père à Roland-Garros, a trouvé sa propre voie en jouant au basket (notamment contre le fils de John McEnroe !) au point de devenir double champion universitaire et meilleur défenseur de la ligue. « Le tennis, c’est des cons », avait-il dit, rappelle son père Yannick le jour où il l’a amené dans son club. Mieux, avec son intensité inégalée sur le terrain, Joakim est même resté dans le cœur des fans des Chicago Bulls, un exploit sur les terres de Michael Jordan. On sent que sa famille lui a transmis une énorme confiance à lui, un sens aigu des efforts à produire et une étincelle de folie qui vont l’accompagner toute sa carrière.

Chez les Ntamack, c’est une autre forme de complicité qui les lie. Romain et Emile pratiquent le même sport, son père étant même entraîneur et son oncle Francis, un ancien joueur de l’équipe de France. C’est donc l’amour du ballon ovale qui coule dans leurs veines et qui lie ce trio.

Du côté d’Iliana Rupert, c’est une autre forme de défi que la jeune femme s’est imposée : « Tu portes un nom mais ton histoire, tu l’écris toi-même ». Son père Thierry est décédé alors qu’elle n’avait que 11 ans, suite à des problèmes cardiaques. Dès lors, sa propre carrière au basket – la joueuse est triple médaillée olympique - devient un prolongement de la sienne et un moyen de lui rendre le plus bel hommage.

Parfois, le costume de champion familial est difficile à enfiler.C’est le cas dans le sport ultra-compétitif de la Formule 1 où les « fils de » pullulent. Giuliano Alesi s’est, lui, lancé sur les traces de son père, pilote historique chez Ferrari, passant par toutes les étapes, par les courses de karting, la Formule 4 et 2, avant de triompher sur les circuits du Japon.

Alors est-ce le talent qui passe forcément entre les générations ? Une volonté de fer et un sens du sacrifice, propres aux grands sportifs ? Oui, mais pas seulement répond le documentaire, c’est aussi un regard sur le monde, une façon de comprendre à quel point il est important de trouver sa propre voie dans la société, fût-elle celle du champion de père. Et puis, surtout, et c’est le plus touchant parmi les témoignages recueillis par Olivier Dacourt, une énorme dose d’amour. Et si certains spectateurs se demandent comment celui-ci a réussi à aussi bien faire parler ces différents champions, il faut leur rappeler qu’avant de faire des docs, il a été un talentueux milieu défensif passé par l’AS Roma et l’Inter Milan  et que son fils Tewin est aussi un joueur pro…

Papa, seulement sur CANAL+.