Pourquoi Hillary Clinton ne plaira jamais à tout le monde

Hillary Clinton en est bien consciente : jamais une femme politique n’avait autant déchaîné les passions. « C’est la femme la plus admirée et vilipendée de l’histoire américaine » expose son conseiller Jake Sullivan, dès le début du documentaire.

Tout ce qu’elle fait est systématiquement descendu en flammes, par les politiques, la presse, les électeurs. Et ce, depuis toujours. Ses adversaires commercialisent même des casse-noisettes à son effigie…  

Mais pourquoi tant de haine ? Le public la découvre dans les années 1980, dans son rôle d’épouse du gouverneur Bill Clinton. La première dame de l’Arkansas n’est pas vraiment conforme aux attentes des Américains.

Un journaliste résume : « Vous avez été éduquée dans les universités libérales de l’Est, vous n’avez pas d’enfant, vous êtes avocate, vous refusez de prendre le nom de votre mari… »

Hillary Rodham assume. Pas question de se mettre en retrait.

Pourtant, elle va faire des efforts. Se débarrasser de ses grandes lunettes, de son nom de jeune fille. Mais les « attaques ridicules » continuent.

Dans une Amérique très sexiste, où il n’y a même pas de toilettes pour femmes au Sénat, on lui reproche tout et n’importe quoi. On la voit comme une snob ou une « féministe radicale ».

Plus son mari grimpe les échelons, jusqu’à la présidence des États-Unis, plus l’avocate engagée est attaquée. Ça ne l’empêche pas de se lancer en politique à son tour, devenant sénatrice, secrétaire d’État, puis première femme candidate à la présidence.

De quoi attiser la haine de ses adversaires, pour qui elle représente l’establishment, et qui lui reprochent d’être corrompue, froide, calculatrice, cachottière, insensible ou renfermée. Et tout simplement, d’être une Clinton. En réponse, elle reste calme, ce qui agace encore plus les haters

Qu’on l’aime ou la haïsse, une chose qu’on ne peut pas lui retirer, c’est qu’elle n’a jamais perdu son sens de l’humour. À son conseiller qui lui annonce : « Il n’y a plus que 5 % des gens qui te détestent », elle répond, hilare : « Oui, mais tu te rends compte que ça représente quand même 25 millions de personnes ? »

Hillary, Documentaire, 4 x 60 minutes, sur CANAL+.