Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Suge Knight, Biggie & Tupac, le doc événement qui accuse l’ex-patron de Death Row

Posté par Alexis Lebrun le 20 décembre 2021
25 ans après la mort aussi tragique que mystérieuse des deux icones du rap américain, le documentariste britannique Nick Broomfield replonge dans une affaire qu’il connaît par cœur. Et tenez-vous bien : il a des révélations à faire sur le rôle joué par le très sulfureux Suge Knight dans les assassinats de Biggie et Tupac.
La suite d’un documentaire resté célèbre

Si Nick Broomfield est connu entre autres pour son documentaire très controversé sur la mort de Kurt Cobain (Kurt & Courtney, 1998) et plus récemment pour son travail sur le destin tragique de Whitney Houston (Whitney: Can I Be Me, 2017), son film le plus connu et discuté reste sans conteste Biggie & Tupac (2002).

Ce documentaire sorti seulement quelques années après la mort des deux rappeurs avait fait l’effet d’une bombe en affirmant que le cofondateur de l’énorme label de rap Death Row Records était plus ou moins directement responsable de la mort de Biggie et Tupac, mais aussi que ses agissements avaient été couverts par la police de Los Angeles (LAPD). Les preuves apportées dans le film de Broomfield à l’appui de ces accusations gravissimes avaient été évidemment très contestées à l’époque, mais cela n’a pas empêché le film et sa théorie de marquer la mémoire collective.

La chute d’un colosse

Mais alors pourquoi rouvrir ce dossier inextricable près de vingt ans après ? Selon Nick Broomfield, cette suite s’imposait en raison d’un événement majeur, l’arrestation en 2015 de Suge Knight, accusé d’avoir renversé plusieurs personnes au volant de sa voiture, tuant notamment son « ami » le producteur Terry Carter. Un meurtre qu’il avouera à la police avant d’être condamné à une peine de 28 ans de prison par la justice.

Autrement dit, le gaillard ne sortira pas de sitôt, et même s’il continue d’intimider beaucoup de personnes depuis sa cellule, l’ombre de celui qui est aussi connu pour son appartenance au gang des Bloods de Compton est beaucoup moins menaçante aujourd’hui qu’il y a vingt ans. Résultat, de nombreuses personnes qui n’osaient pas parler auparavant ont décidé de témoigner dans le documentaire de Nick Broomfield.

De nouveaux éléments à charge

Et si les langues se délient à nouveau, c’est bien sûr pour alourdir le dossier contre Suge Knight avec de nouvelles accusations et preuves. Mais l’ancien patron de Death Row – dont le parcours très violent est retracé dans le documentaire – n’est pas le seul à être mis en cause. Nick Broomfield s’attache en effet à restaurer la réputation de l’ex-détective Russell Poole, décédé en 2015 après avoir été viré et vilipendé par le LAPD en raison de ses déclarations dans Biggie & Tupac, où il accusait certains membres de la police de Los Angeles d’avoir été complices des meurtres, notamment en dissimulant la vérité pour couvrir Suge Knight.

Et cette vérité, ce serait que le cofondateur de Death Row Records est le commanditaire de l’assassinat de Biggie en 1997, une décision prise pour se venger du meurtre quelques mois plus tôt de l’immense star de son label, le rappeur Tupac Shakur. D’après plusieurs témoins interrogés dans le film et qui corroborent la théorie de Russell, l’opération n’aurait pas été possible non plus sans l’aide de policiers corrompus à la botte de Suge Knight. Mais au-delà de l’enquête en elle-même, le documentaire montre aussi le gâchis que représente cette histoire pour Biggie et Tupac, deux immenses rappeurs sacrifiés par un label gangréné par la violence et la culture des gangs.

Suge Knight, Biggie & Tupac, un documentaire disponible en ce moment sur CANAL+ Docs.