Pas de doute : Ahmed Sylla est bien « Différent »

Il avait beau être déjà grand avant, il est monté encore plus haut, très vite. Débarqué de Nantes, révélé par la télévision, l’humoriste de tout juste 30 ans est aujourd’hui partout, du petit écran au cinéma (Goal of the Dead, L’Ascension, Chacun pour tous…). En passant, bien sûr, par la scène.

Dans son dernier spectacle, Différent, capté à Paris à la salle Pleyel en décembre 2019, Ahmed Sylla montre qu’il n’a pas tant changé que ça : il est toujours aussi marrant.

Mais qu’a-t-il de plus que les autres ? Un goût de faire rire, d’abord, qui ne date pas d'hier : « Tout petit déjà, je m’amusais à chausser les talons de ma mère et je retournais dans ma chambre avec une claque de mon père… »

De nature extravertie, il révèle son talent dès le collège, en classe de théâtre, n’ayant pas peur de faire le pitre.

Et se rend compte, déjà, du potentiel de son physique, qu’il saura exploiter au maximum. « Même quand il ne dit rien, il est drôle », fait remarquer Thierry Ardisson dans le documentaire Ahmed Sylla, la force comique.

C’est une de ses cartes maîtresses : inspiré par des acteurs très physiques comme Jim Carrey ou Louis de Funès, son panel de mimiques, plus tordantes les unes que les autres, semble infini.

Ses membres, comme élastiques, se mettent naturellement au service de ses vannes. Comme Carrey, sa voix (avec ses fameux cris aigus…) se prête aussi à toutes les fantaisies.

Mieux encore : l’ex-« Ahmed Sarko » a l’œil pour repérer les tics des uns et des autres.

Son grand-père, Didier Deschamps ou Karine Le Marchand (dans un sketch resté fameux) : en quelques roulements d’épaules et claquements de langue, le comédien, véritable « éponge » et génie des accents, peut mettre quiconque en boîte, homme ou femme.

Il n’a « pas besoin de coach corporel », selon son complice Gad Elmaleh. Ni de perruque, ajoute Jamel Debbouze…

Ce qui ne l’empêche pas d’être un bosseur, qui sait à la fois interpréter des textes écrits et improviser au quart de tour. Qu’on a hâte de retrouver sur scène comme au cinéma, où on devrait le voir de plus en plus souvent.

Différent, spectacle, mercredi 25 mars sur CANAL+, 90 min.