Garcia à l'épreuve du feu

Posté par Pierre Ménès le 18 Octobre 2019

Rudi Garcia va donc effectuer ses débuts de coach de l’Olympique Lyonnais demain au Groupama Stadium, face à Dijon. Il y a plus compliqué pour une prise de fonction, même si les Bourguignons restent sur deux victoires de rang. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ancien entraîneur de Lille, de la Roma et de l’OM va être attendu au tournant. Et j’avoue que je suis assez étonné, pour ne pas dire choqué, de la façon dont les réseaux sociaux ont accueilli l’annonce de la nomination de leur nouveau coach - même si je suis bien placé pour savoir que les réseaux sociaux ne sont pas détenteurs de la vérité universelle.

Alors je ne sais pas si c’est une défiance vis-à-vis de l’entraîneur lui-même ou si cela tient plus à son passé récent d’entraîneur de l’OM, mais quand je vois qu’un sondage montre que 68% des supporters lyonnais préféraient Génésio et qu’on sait la façon dont Génésio a été traité, l’accueil s’annonce compliqué. Peut-être qu’avoir un match facile - car il faut aussi appeler un chat, un chat, c’est un match facile sur le papier même si le DFCO a gagné l’an passé au Groupama Stadium - pour débuter vaut mieux qu’affronter un adversaire plus compliqué, mais c’est aussi une sorte de quitte ou double.

Une victoire avec un peu de panache donnerait au Seine-et-Marnais une assise confortable pour la suite, alors que tout autre résultat qu’un succès le fragiliserait d’emblée et continuerait à plonger cette équipe - qui rappelons-le se trouve à la 14e place du classement au quart du championnat - dans le doute. Ce qu’on sait pour le moment, c’est que l’OL devrait retrouver au moins une partie de son ADN en revenant au 4-3-3 (ou au 4-2-3-1), que les latéraux auront enfin le droit de franchir la ligne médiane et que le visage général de l’équipe sera plus offensif. 

Sylvinho avait fait fausse route en imprimant un style défensif voire restrictif à cette équipe, avec en point d’orgue ce match ridicule où l’OL avait accueilli le PSG en mettant le bus, comme une équipe qui joue le maintien. Maintenant, l’arrivée de Garcia va-t-elle gommer tous les défauts d’une formation lyonnaise qui souffre de maux divers ? Parce que le système n’est pas seul en cause. On sait aussi que beaucoup de joueurs de cet effectif ont un comportement « à la carte », avec des performances qui dépendent de l’importance du match et de la qualité de l’adversaire. 

Cette saison comme les précédentes, Lyon perd beaucoup trop de points contre des adversaires qui lui sont clairement inférieurs. C’est dans ce domaine aussi que l’on va voir si Garcia va être capable de trouver les ressources et les mots pour que ces joueurs aient plus de constance et d’implication. C’est assurément son plus grand défi.

Pierrot