Il faudra faire plus

Posté par Pierre Ménès le 3 Octobre 2019

Cette campagne de Ligue Europa s’annonce bien compliquée pour nos deux représentants. Saint-Etienne, qui recevait Wolfsburg à Geoffroy-Guichard, n’a pu faire mieux que match nul face à une équipe allemande pourtant peu dangereuse. Oui, mais il aurait fallu, après l’ouverture du score signée Kolodziejczak d’une reprise écrasée du gauche, tenir le score et ne pas concéder l’égalisation moins de deux minutes plus tard, sur une tête de William laissé seul au coeur de la défense stéphanoise. Après ça, les Verts se sont procurés quelques occasions et ont montré une légère amélioration dans le jeu. Mais c’est encore loin d’être probant.

Hors terrain, car il faut bien en dire un mot, la situation devient vraiment ubuesque et semble gérée n’importe comment par les dirigeants. Et surtout de façon totalement inhumaine vis-à-vis de l’entraîneur en place. Ghislain Printant qui a annoncé qu’il serait demain matin à l’entraînement avec ses joueurs… Le fait que l’ancien adjoint de Gasset soit un homme bien n’est même pas le débat, je ne peux juste pas supporter qu’on traite un homme comme ça. Personne ne lui dit rien, c’est abject. Et c’est une nouvelle preuve que ce club est géré à la va-comme-je-te-pousse…

Voilà, je ne dis pas qu’il fallait nécessairement continuer avec Printant. Même si le match d’hier soir n’était pas si mauvais, la situation de l’équipe n’est pas franchement reluisante. Mais il y a des façons de faire et celle-ci n’est clairement pas la bonne. Maintenant, on sait que Puel va bel et bien débarquer dans le Forez et qu’il sera donc sur le banc dimanche soir pour le derby face à Lyon. C’est peu dire qu’il sera motivé, mais j’attends de voir l’accueil que vont lui réserver les supporters stéphanois…

Arbitrage lamentable

Dans la foulée, le Stade Rennais a perdu au Stadio Olimpico un match qu’il aurait presque pu gagner. Seulement, les Bretons ont dû faire face à deux équipes de la Lazio. L’une, décevante et inoffensive jusqu’à l’heure de jeu. Et l’autre, transfigurée lors de la dernière demi-heure. La différence ? L’entrée de Milinkovic-Savic, joueur de classe mondiale que tant de clubs ont essayé de recruter lors du dernier mercato. On a vu pourquoi sur ce match. Dix minutes après son entrée, l’international serbe égalisait. Et encore dix minutes plus tard, c’est lui qui servait Immobile d’un centre parfait pour le second but romain. 

C’est lui qui a fait basculer la rencontre alors que les Rennais avaient ouvert le score sur une jolie tête de Morel à la réception d’un coup-franc de Grenier. Que dire du match des Rennais ? La même chose que ce je dis depuis le début de la saison : c’était pas mal. Mais c’est toujours trop faible devant. L’attaque bretonne ne repose que sur Niang, qui ne peut pas et contrôler les longs ballons, et jouer en appui, et prendre la profondeur, et se retourner, et marquer… C’est trop demander. Et les recrues en attaque, que ce soit Tait - catastrophique hier soir - ou Raphinha, ne sont pas au niveau. 

Cette faiblesse offensive va terriblement handicaper Rennes pour le reste de la saison. Rennes qui ne compte donc - comme Sainté d’ailleurs - qu’un point en deux matchs. Nos deux clubs français sont donc très mal partis dans cette Ligue Europa. Rennes aurait pu faire mieux et auraient dû bénéficier d’un pénalty pour une main évidente d’Acerbi dans sa surface. Mais c’est une constatation que j’avais faite lors des matchs qualificatifs de Strasbourg cet été : le niveau de l’arbitrage dans cette compétition est absolument lamentable. Encore une fois, hier soir l’arbitre a sifflé tout et n’importe quoi des deux côtés. Ce ne sera pas facile à digérer pour des Bretons très frustrés par l’arbitrage ces dernières semaines mais qui doivent aussi se rendre compte de leurs insuffisances. 

Pierrot