La bonne opération de Lyon

Posté par Pierre Ménès le 2 Octobre 2019

C’est peu dire qu’on attendait l’OL au tournant de ce match de Ligue des Champions à Leipzig. Après la très mauvaise série des Rhodaniens, incapables de gagner depuis six matchs toutes compétitions confondues, c’était un test important que ce déplacement chez le troisième du dernier championnat d’Allemagne. Depuis quelques saisons, Lyon c’est Docteur Jekyll et Mister Hyde. Hier soir, c’était le bon Lyon : une équipe compacte, déterminée, à l’aise techniquement, calme et solide. 

Des Lyonnais qui ont ouvert le score grâce à Depay suite à une récupération haute d’Aouar, avant de doubler la mise après le repos sur un but de Terrier, qui a exploité une énorme boulette de Mukiele. L’OL a su exploiter avec réalisme les erreurs défensives de Leipzig, alors que l’inverse n’a pas été vrai. Werner a vendangé deux énormes occases en première période, l’une sur une reprise à côté à la réception d’un centre en retrait, l’autre sur un face-à-face avec Lopes et une balle piquée au-dessus de la transversale.  

Quand Lyon va mal, on dit qu’Aouar est décevant et que Depay est absent. Eh bien ces deux joueurs ont répondu plus que présent. Et puis, les choix de Sylvinho ont été validés. Cela pouvait sembler être une drôle d’idée d’aligner Terrier en pointe à la place de Dembélé, mais cela a marché puisque l’ancien Strasbourgeois a beaucoup travaillé et a marqué. Ce résultat replace parfaitement l’OL dans son groupe et cela va peut-être avoir des effets bénéfiques sur la suite de sa saison. En tout cas, on en a encore eu la confirmation : quand Lyon veut, Lyon peut.

La marche est trop haute pour Lille

Dans l’autre match de la soirée, Lille s’est incliné à domicile face à Chelsea. Disons franchement les choses : les trois autres équipes de ce groupe sont plus fortes que le LOSC. Tout le monde le sait. Cela s’est vu face à l’Ajax il y a quinze jours et cela s’est vérifié face à des Blues qui avaient beaucoup plus de maîtrise et de précision technique. Les hommes de Lampard ont ouvert le score sur un but de l’excellent Abraham qui a, j’en ai bien peur, envoyé Giroud aux oubliettes de façon définitive. Ce but sanctionnait l’excellent début de rencontre de Chelsea devant des Lillois presque apeurés,  beaucoup trop timorés en tout cas pour espérer faire quelque chose.

Les Nordistes ont néanmoins eu le mérite de réagir et d’égaliser grâce à un but de la tête sur corner de l’excellent Osimhen. Derrière, un peu comme à Amsterdam, ils ont eu des occasions. Mais soit Kepa s’est montré brillant, soit ils ont été imprécis dans les derniers gestes. Et sur un duel perdu par Yazici côté gauche, le centre qui a suivi est arrivé sur Willian qui a marqué d’une volée avec rebond qui a peut-être rappelé aux plus anciens celle de Jordão face à Bats lors de la demi-finale de l’Euro 84. 

Pour que Lille ait une chance de briller un minimum dans ce groupe, il faudrait que ses plus fortes individualités offensives - Ikoné et Bamba - soient beaucoup plus présents dans le jeu. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas fait d’efforts, mais ils ne pèsent pas assez dans le secteur offensif du LOSC. Cela fait donc deux défaites en deux matchs pour l’équipe de Galtier mais honnêtement, qui est surpris ? L’équipe lilloise est à sa place et n’a pas rougir de ce match face à Chelsea. La prestation était assez correcte mais d’une manière générale, dans ce groupe - et on le savait depuis le tirage au sort -, la marche est trop haute…

Pierrot