Neymar retourne le Parc

Posté par Pierre Ménès le 14 Septembre 2019

La journée a commencé vendredi par la nouvelle victoire à domicile de Lille contre Angers. S'ils ne sont pas toujours sereins à l'extérieur, les Dogues ont une nouvelle fois brillé à Pierre Mauroy. Juste avant la pause, c'est l'intenable Victor Osimhen qui s'est offert sa cinquième réalisation de la saison en surgissant devant Butelle. Les Angevins, auteurs d'un très bon début de championnat, ont pris un nouveau coup sur la tête au retour des vestiaires au moment où Araujo a doublé la mise après un bon service de Benjamin André. S'ils n'ont rien lâché, les protégés de Stéphane Moulin ont trouvé la faille un peu tard par l'intermédiaire de Bahoken. Avec cette victoire, le LOSC se replace au classement et fait le plein de confiance avant son déplacement périlleux à Amsterdam en Ligue des Champions mardi. 

Après cette première rencontre, nous avons pu suivre un match agréable entre Amiens et Lyon. Il faut féliciter les Amiénois pour avoir fait preuve d'ambition dans le jeu. Ils ont d'ailleurs été récompensés en égalisant à la dernière minute. C'était vraiment mérité, surtout au vu de la seconde période, durant laquelle ils ont totalement dominé des Lyonnais très décevants. Dans le premier acte, les hommes de Sylvinho avaient pourtant fait le boulot en répondant au coup franc de Jallet par deux jolis buts de Dembélé. Mais la deuxième période des joueurs de l'OL est indigne d'une équipe qui vise une place en Ligue des Champions. Il y a trop de joueurs qui ne font pas assez d'efforts, à commencer par Houssem Aouar, qui a évidemment du talent plein les pieds mais qui ne court pas. On sait que Sylvinho veut changer ça mais ça ne va pas être facile. En tout cas, on verra certainement un autre visage de Lyon dimanche prochain contre le PSG. 

Neymar encore sur toutes les lèvres

Justement, Paris a vécu un match particulier durant lequel l'attention était focalisée sur Neymar et l'accueil du public. Le sportif passait au second plan et ça s'est malheureusement confirmé pendant la rencontre. Un match très moyen et franchement emmerdant entre une équipe de Paris incapable de développer du jeu, d'accélérer ou de trouver des espaces et une équipe de Strasbourg solidement calée à neuf derrière. Dans les premières minutes, Neymar semblait un peu mal à l'aise, il ne voulait pas en faire trop et n'était pas spécialement servi par ses partenaires qui voulaient peut-être éviter les sifflets. Avant le match et en première période il a été conspué par le Parc mais petit à petit, les sifflets ont commencé à baisser et le Brésilien est monté en puissance.

À la dernière minute, sur un centre en première intention de Diallo - ce qui n'était quasiment jamais arrivé avant -, Neymar a marqué le but de la victoire d'un retourné pied gauche absolument somptueux. À cet instant, 80% du Parc s'est levé pour l'applaudir et scander son nom alors que la tribune Auteuil, fidèle à sa mission de respect des institutions, a continué à le siffler. Je pense que certains vont poursuivre dans cette voie mais dès son prochain match à domicile, l'accueil devrait être bien différent. À la fin du match, il a déclaré qu'il voulait partir durant l'été mais qu'il était désormais à fond avec le PSG. En tout cas cet après-midi, c'est grâce à lui que Paris a remporté les trois points du match.

Imbroglio arbitral et belles réalisations

Dans la soirée, nous avons notamment assisté à deux matchs nuls sans but. Entre Dijon et Nîmes, il ne s'est pas passé grand chose mais on retiendra tout de même que les hommes de Stéphane Jobart ont pris leur premier point dans ce championnat. Ils auraient même pu viser la victoire avec un peu plus de réalisme devant.

De son côté, le match entre Brest et Rennes a été bien plus animé, notamment à cause de l'imbroglio arbitral suite au premier but finalement refusé de Raphinha avec le Stade Rennais. Sur l'action, Larsonneur heurte de plein fouet son défenseur central mais le jeu continue, même si les coéquipiers du portier semblent s'arrêter de jouer. Après s'être inquiété de la santé du gardien, M.Turpin valide le but ce qui déclenche la furie du banc brestois. Face au mécontentement des joueurs et du staff, l'arbitre accepte de remettre sa décision à la VAR et se rend compte que Siebatcheu pousse Castelletto dans le dos avant l'impact avec le gardien. Il change d'avis, annule la réalisation et prend la foudre de tous les Rennais, qui ont semble-t-il d'ailleurs déposé un recours. Finalement, le score est resté vierge et ce malgré de bonnes intentions brestoises en fin de rencontre, bien repoussées par un Édouard Mendy inspiré.

En quête d'une victoire pour s'accrocher au bon wagon au classement, les Girondins de Bordeaux n'ont pas eu besoin de beaucoup de temps pour faire plier Metz et s'éviter ainsi un match piège. Dès la 7ème minute, Jimmy Briand s'est illustré en ouvrant le score d'un très joli retourné acrobatique suite à un corner mal renvoyé par Oukidja. Deux minutes plus tard, De Préville - qui avait manqué un premier duel face au portier grenat - profite d'une superbe passe de Hwang pour faire le break et enterrer les derniers espoirs des visiteurs. Même si ces derniers ont pris l'initiative du jeu dans le deuxième acte, ils n'ont jamais réussi à trouver la faille dans la défense girondine, bien emmenée par un impeccable Koscielny.

Enfin, on attendait de voir les nouvelles recrues de l'OGC Nice à l'oeuvre sur la pelouse de Montpellier. Mais malgré une ligne d'attaque très séduisante sur le papier, les Aiglons se sont inclinés face à des Héraultais mieux organisés et peut-être plus motivés. Tamèze avait pourtant ouvert le score, récompensant ainsi la bonne entame des Niçois. Seulement Delort a égalisé trois minutes plus tard et en seconde période, Mollet a fait la différence pour les locaux. Une victoire qui replace provisoirement Montpellier dans le Top 10 alors que dans le même temps, Nice perd sa place sur le podium au profit de Lille.

Pierrot