Sainté, Rennes, morne plaine

Posté par Pierre Ménès le 19 Septembre 2019

Avec cette première journée de phase de groupes de Ligue Europa, Rennes renouait avec la compétition qui lui a apporté tant de joie l’année dernière. D’ailleurs, le Roazhon Park était à nouveau plein, avec une magnifique ambiance. Une ambiance nettement meilleure que ce match assez terne sur le plan technique, avec des attaques qui ont finalement peu existé. Et malheureusement la star de match a été cet arbitre espagnol, grotesque du début à la fin. Avec tout ce qu’on met dans la tête de la VAR en ce moment, on s’aperçoit finalement que sans la VAR, ce n’est pas mieux, loin de là. 

Alors bien sûr, il a accordé deux penalties évidents, pour une faute sur Niang côté rennais, et une faute de Da Silva pour le Celtic. Mais il aurait dû en siffler deux autres, tout aussi évidents, pour une faute de Gnagnon sur Christie et surtout pour l’attentat perpétré sur Traoré, qui aurait pu être gravement blessé. Et il a fallu un deuxième attentat de Bayo pour qu’il daigne enfin lui mettre un rouge - il avait pourtant laissé jouer au départ - alors que le coup de coude qui avait envoyé Da Silva sur la civière quelques minutes plus tôt méritait à lui seul l’expulsion. J’avais été très déçu par l’arbitrage lors des tours préliminaires joués par Strasbourg, notamment à Francfort. Je n’ai pas été rassuré hier soir.

Un peu plus tard, Sainté retrouvait l’Europe après trois ans d’absence et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce match inaugural à Gand n’a pas été une partie de plaisir. Et malheureusement, les Verts ont confirmé les difficultés qu’ils éprouvent depuis le début de la saison en s’inclinant dans les Flandres, avec une compo pourtant défensive et sans avant-centre. Il faut dire qu’encaisser un but après moins de deux minutes de jeu, cela n’aide pas vraiment. Malmenés pendant tout le premier acte, incapables de remonter le ballon et de se créer des occasions, les joueurs de Printant ont pourtant réussi à égaliser sur une frappe aussi puissante que somptueuse signée Khazri.

Seulement voilà, les Verts souffrent de carences défensives flagrantes et ils ont aussitôt pris un deuxième but sur une action où Kolodziejczak est au sol dans la surface adverse et n’est donc, par définition, pas là pour enrayer la contre-attaque belge, joliment conclue par le jeune attaquant Canadien David, auteur d’un doublé. Toujours aussi peu en verve après le repos, les Verts ont encaissé un troisième but sur coup de pied arrêté et semblaient presque résignés. Remis en selle par un invraisemblable but gag marqué par le gardien de la Gantoise dans ses propres cages, les Stéphanois ont poussé dans le dernier quart d’heure, touchant même le poteau par Beric mais s’inclinent donc pour leur entrée en lice, clôturant ainsi une semaine bien morne pour nos clubs français…

Pierrot