Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Mia et le Lion Blanc

Avec Mia et Le Lion Blanc, Gilles de Maistre signe un conte écologique sur la protection des animaux sauvages, qui met en scène, sans trucages, l’authentique relation entre une petite fille et un lion blanc.

Enorme coup de cœur pour le film Mia et le Lion Blanc – Mêlant à la fois la fiction et le documentaire, ce film nous raconte l’incroyable amitié de Mia (Daniah De Villiers), une fillette de 11 ans et de Charlie, un lionceau blanc né dans la ferme d'élevage de félins de ses parents en Afrique du Sud.

Ces deux amis vont passer trois ans de leur vie ensemble et nouer une relation fusionnelle. Mais au moment où Charlie atteint l’âge adulte, Mia est confrontée à la dure réalité de la condition des animaux d’élevage. En effet Charlie est désormais très convoité sur le juteux marché de la chasse aux animaux sauvages et doit être vendu au plus offrant : les chasseurs de trophées.

Mia décide donc de fuguer avec son ami de toujours pour tenter de le sauver.

Un tournage éprouvant, mais qui nous offre un long métrage bluffant de réalisme et de sincérité.

Derrière cette magnifique ode à la nature et aux animaux sauvages se cache en réalité une réelle histoire d’amitié entre l’actrice incarnant Mia et Charlie.

Après avoir consulté le zoologue Kevin Richardson, Gilles de Maistre le réalisateur n’avait d’autre choix que de laisser grandir ces deux acteurs ensemble s’il voulait réaliser son film car les félins ne s’apprivoisent qu’au terme d’un long processus d’imprégnation

Kevin Richardson a été formel, faire le pari de tourner avec un lion déjà adulte, c’est prendre le risque d’exposer les acteurs à ses attaques. Qu’importe les énormes contraintes logistiques et la très longue durée de tournage, Gilles de Maistre choisit d’écouter les conseils du zoologue et de laisser  la jeune fille et le lionceau grandir ensemble et suivre un entrainement spécifique, quasi quotidien, qui leur a permis de créer et maintenir cette relation si privilégiée

Le tournage a donc commencé en Mai 2015 en Afrique du Sud pour se terminer en Décembre 2017. Toute l’équipe du film, acteurs (Mélanie Laurent, Langley Kirkwood et Ryan Mac Lennan), techniciens, et soigneurs se rendaient régulièrement en Afrique du Sud afin de suivre l’évolution de la relation entre Mia et Charlie et tourner les scènes nécessaires à la réalisation du long métrage. Ils étaient aussi tous sensibilisés au tournage avec des animaux sauvages dans leur milieu naturel.

Pendant toute la durée du tournage, Charlie a véritablement été considéré comme un acteur à part entière et non comme un animal dressé. Si bien que les jours où il avait décidé de ne pas tourner, l’équipe le laissait tranquille et recommençait le lendemain. Certaines séquences qui peuvent paraitre basiques à l’écran ont même demander plusieurs jours de tournages, alors que d’autres seulement quelques minutes !

Mia et Le Lion Blanc réussit également le pari de sensibiliser à la cause animale, en dénonçant la pratique de la chasse en enclos. Le message est clair : les animaux sauvages ne sont pas faits pour vivre en cage, et encore moins pour y être lâchement abattus. Sans excuser la pratique, le film montre en filigrane que c’est toute une économie qui fonctionne sur l’exploitation des animaux, avec la bénédiction des autorités sud-africaines. Il nous fait comprendre aussi que les premiers responsables sont, non seulement les chasseurs à la recherche d’un trophée spectaculaire, mais aussi les simples touristes qui ne s’interrogent pas sur les dessous de l’éco-tourisme

 

Mia et le Lion blanc, dès le 20 décembre, seulement sur CANAL + et disponble à la demande