Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Brigitte Lahaie, actrice de culte

Posté par Jean François Frontera le 17 Juin 2020
Depuis le début des années 80, Brigitte Lahaie n'était plus apparue dans un film porno-érotique. Cette période a pris fin il y a peu avec « Une dernière fois », le film d'Olympe de G. où elle tient le rôle principal. L'occasion de retracer sa carrière et de comprendre une bonne fois pour toute son statut de légende vivante.
La première vraie star française du X

Il n'est pas déraisonnable de dire qu'Anna Polina, Nikita Bellucci ou Tabatha Cash lui doivent beaucoup, puisque Brigitte Lahaie est celle qui a ouvert la voie de la starification des actrices pornographiques.
Avec une carrière débutée à l'âge de 20 ans en 1976 et achevée selon les datations au carbone 14 les plus précises en 1980, Brigitte Vanmeerhaeghe (de son vrai nom) a tourné avec tous les ténors de l'âge d'or du cinéma X en 35 mm (Gérard Kikoïne, Claude Mulot, Francis Leroi... ). Son corps svelte et sa poitrine généreuse sont alors "matables" dans plus d'une cinquantaine de productions répondant aux doux noms de C'est la fête à mon cul (1978), Touchez pas au zizi (1978), Auto-stoppeuses en chaleur (1979) ou encore Les petites garces (1980). De cette longue liste de films qui l'a transformée en phénomène de société, elle garde une affection particulière pour Je suis à prendre (1978) et d'Indécence 1930, un "boulard" à l'ancienne quasi anti-capitaliste.

Egérie du cinéma fantastique de Jean Rollin

En parallèle et après sa carrière de hardeuse, Brigitte Lahaie devient l'actrice fétiche de Jean Rollin, pape du cinéma bis français à qui l'on doit entre autres Requiem pour un vampire (1971) et La Morte vivante (1982). Dans cet univers esthétique fait de bric et de broc, elle tourne à 7 reprises (dont le mythique Fascination) et garde un souvenir ému de ce réalisateur iconoclaste disparu en 2010 : « Avec Jean, c'était une réelle histoire d'amitié. Il a tout de suite cru en mon talent, ou du moins en mon charisme et il m'a promis dès notre première rencontre de me donner un vrai rôle. »

Brigitte Lahaie chez Pivot

La belle blonde s'essaye aussi au cinéma « classique » et décroche des petits rôles dans I comme Icare d'Alain Verneuil (1979), Diva de Jean-Jacques Beneix (1980) ou Pour la peau d'un flic d'Alain Delon (1981). Durant les années 80, elle côtoie Christopher Lee, Michel Galabru, Roger Carel, Aldo Maccione et partage même plus tard l'affiche avec le divin chauve Telly Savalas (oui, oui, Kojak) dans les Prédateurs de la nuit (1988). Malgré tout, son image d'ex-star du porno la blackliste des plateaux. Une expérience en demi-teinte qui ne l'empêche pas d'écrire Moi, la scandaleuse, une autobiographie qu'elle défend dans Apostrophes de Bernard Pivot en 1987. La même année, elle tente une incursion dans le domaine de la musique avec Caresse Tendresse, mais le titre ne rencontre malheureusement pas son public. Avis aux remixeurs de talents...

Grande prêtresse des ondes

Si Brigitte Lahaie s'est faite plus rare à l'image, c'est pour mieux occuper les ondes et incarner cette sexologue rassurante prête à dénouer tous nos problèmes de libido. De 2001 à 2016 dans Lahaie, l'amour et vous sur RMC, c'est dans ce rôle que la France reconnaissante a bu ses paroles, rôle qu'elle poursuit désormais sur Sud Radio. Et elle est sans doute là, sa reconversion la plus réussie. Première réelle star du porno en France, elle est aussi l'une des rares actrices à s'être ré-intégrée dans les circuits « traditionnels» avec succès. Alors oui, au registre des regrets, elle n'est pas devenue la grande comédienne qu'elle rêvait d'être. Pas de quoi cependant rougir : depuis 1976, elle s'est bâtie une filmographie touffue (plus de 120 films toutes catégories confondues) dont une grande partie s'inscrit dans un patrimoine « contre-culturel » pour cinéphile averti. Libertaire, choquante et faussement ingénue, Brigitte Lahaie personnifie une certaine époque – celle de la révolution sexuelle –, et une certaine idée du plaisir décomplexé. En ce sens, elle reste et restera un monument national, une actrice culte à jamais.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter