Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Et sinon, quelles sont les bonnes séries qui parlent de sexe ?

Posté par Jean François Frontera le 21 août 2020
Il n'y a pas que le porno dans la vie, il y a les séries qui traitent de porno (ou de sexe) aussi. Avec le plus grand soin, nous vous avons sélectionné certaines productions dont certaines scènes sont aussi hot que du hard. À vous de choisir celle qui vous convient le mieux, et de « bingewatcher » tranquille à l'ombre, un cocktail frais à porter de main (et un peu de sopalin ?)
The Deuce : la plus magistrale (HBO)

En 3 saisons et 25 épisodes, The Deuce s'est tout simplement imposée comme la meilleure série actuelle sur la pornographie. Ayant pour toile de fond la développement et la libéralisation du cinéma pornographique dans le New-York des années 70/80, le scénario multiplie les intrigues, et sert des dialogues au taquet et des scènes de sexe hyper réalistes. Pour ne rien gâcher, Maggie Gyllenhall (nommée aux Golden Globes en 2018) prend son rôle de performeuse très au sérieux et vous pourrez voir James Franco jouer deux frères jumeaux.

The Naked director : la plus percutante (Netflix)

On reste dans le haut-niveau de qualité avec The Naked Director, une série qui comme The Deuce parle du boum de la pornographie dans les années 80, mais au Japon. Cette série autobiographique retrace le parcours de Tori Muranishi, l'homme qui y révolutionna le porno en se battant contre la censure gouvernementale et la mafia. Plusieurs sous-thèmes sont également traités comme l'amour du corps, l'acceptation de soi, la place du désir féminin dans une société moralement stricte...
Les aficionados du porno made in Asia apprécieront.

Le Journal intime d'une call girl : la plus cocasse (ITV2)

Les 4 saisons du Journal intime d'une call girl relatent non sans humour les aventures d'Anna, une jeune londonienne qui se fait passer pour une assistante juridique de nuit mais qui en réalité est une prostituée de luxe surnommée « Belle ». En s'adressant directement aux téléspectateurs à la manière d'un journal intime, Anna/Belle raconte son quotidien, livre des réflexions intéressantes sur le travail du sexe et tente par tous les moyens de concilier ses deux identités auprès de ses proches. C'est plutôt frais et bien romancé, et basée sur une histoire vraie.

Hung : la mieux « montée » (HBO)

Que faire de sa vie lorsque l'on est criblé de dettes et que l'on est particulièrement bien membré ? Devenir gigolo, bien évidemment. C'est en tout cas le choix de Ray Drecker, le personnage principal de la série, qui décide de se lancer dans cette profession avec son amie Tanya, qui lui sert de mac. The Hung a le mérite de traiter le business de la prostitution sous l'angle masculin, tout en flirtant de temps à autres avec la comédie familiale. Avec Thomas Jane (nommé aux Golden Globes pour chacune des saisons), Jane Adams et Anne Heche.

Bonding : la plus attachante (Netflix)

Cette mini-série de 7 épisodes de 15 minutes chacun réussit à mettre dans un même sac (en latex) psychothérapie, comédie et sadomasochisme. Oui, car comme son nom l'indique (Bonding = bondage), cette série prend place dans l'univers BDSM. On y suit les tribulations de Pete, jeune homo qui tente de percer dans le stand-up et qui pour arrondir ses fins de mois, devient l'assistante de son amie Tiff, dominatrice de renom à New-York.Un parcours initiatique qui se fera à coups du martinet. C'est concis, drôle et fichtrement efficace.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter